Qu’est-ce que la koilocytose et comment est-elle traitée?

La koilocytose est une condition pathologique dans laquelle il y a un changement au niveau cellulaire dans les cellules épithéliales qui tapissent le col de l’utérus en raison de certaines conditions médicales. Avec la koilocytose, il y a un élargissement significatif des noyaux des cellules et elles peuvent croître jusqu’à trois fois leur taille d’origine. Ces noyaux peuvent devenir très sombres et se colorent facilement et peuvent donc être facilement visibles sur les scans. Ce trait est également connu sous le nom d’hyperchromasie. De plus, ces noyaux semblent être entourés de halos. La présence de ces halos met pratiquement en évidence la présence de Koilocytose.

La koilocytose peut elle-même ne produire aucun symptôme significatif, mais est considérée comme un précurseur du cancer du col de l’utérus chez les femmes et, par conséquent, si une femme a un diagnostic de koilocytose avec des tests de Pap anormaux, alors cette femme a besoin d’une surveillance agressive et de dépistages constants pour rechercher la présence de tout cancer du col de l’utérus .

Quelles sont les causes de la koilocytose?

La cause la plus fréquente de koilocytose est le VPH ou le virus du papillome humain . Ce virus est normalement transmis lors de rapports sexuels non protégés et ce virus peut provoquer des modifications cellulaires chez les femmes, notamment des modifications pouvant entraîner une croissance cellulaire anormale prenant la forme d’une tumeur qui peut être bénigne au début mais peut devenir maligne par la suite.

Dans la majorité des cas, la koilocytose est présente dans les cellules cancéreuses et précancéreuses et donc en raison de son association avec des tumeurs malignes si un individu a la présence de koilocytose, il devient alors nécessaire pour cet individu de subir des dépistages agressifs du cancer sur une base de routine pour voir s’il y a est tout développement d’une tumeur, en particulier autour de la région cervicale. Si une telle tumeur est découverte, des stratégies de traitement appropriées peuvent être formulées pour son traitement.

Normalement, une fois que la koilocytose est suspectée, un processus appelé colposcopie est effectué et des biopsies des cellules affectées sont effectuées pour exclure ou exclure toute tumeur maligne.

Comment diagnostique-t-on la koilocytose?

La koilocytose sera suspectée si une femme subit au moins trois tests Pap anormaux. Une fois la koilocytose suspectée, des études supplémentaires sous forme d’IRM et de tomodensitométrie de la région abdominale avec une attention particulière au col de l’utérus sont effectuées pour examiner la structure cellulaire et voir s’il y a un assombrissement des noyaux. S’il y a assombrissement des noyaux avec des halos clairement visibles entourant les noyaux, le diagnostic de Koilocytose est plus ou moins confirmé.

De plus, une colonscopie peut également être effectuée pour visualiser le col de l’utérus afin de rechercher d’éventuelles anomalies. Une biopsie des cellules affectées peut également être effectuée pour rechercher tout signe de tumeur maligne. Ces études confirment pratiquement le diagnostic de Koilocytose.

Comment la koilocytose est-elle traitée?

Étant donné que la koilocytose est principalement due à une infection au VPH, le traitement de l’infection est donc le moyen de traiter la koilocytose. Cependant, à l’heure actuelle, il n’existe pas de traitement clair pour une infection au VPH, bien qu’environ 30% de ces infections disparaissent d’elles-mêmes et ne nécessitent pas de traitement car le système immunitaire du corps est suffisant pour combattre cette infection.

La koilocytose causée par le virus HPV est une source de préoccupation en raison de sa relation avec les excroissances cancéreuses et de la nécessité d’un traitement beaucoup plus agressif. Ces traitements peuvent être effectués à la fois chirurgicalement et par des approches médicinales. Le traitement vise à éliminer ces tissus anormaux provoquant une prolifération de cellules anormales. Si cela n’est pas fait, les chances que le patient développe un cancer deviennent beaucoup plus importantes.

Lorsqu’il s’agit d’approches chirurgicales pour le traitement de la koilocytose et d’autres infections liées au VPH pouvant causer le cancer, la procédure préférée est appelée la cryochirurgie dans laquelle les tissus anormaux sont coupés ou éliminés en les congelant au moyen de courants électriques ou de faisceaux laser. Une fois la congélation terminée, de l’azote liquide est appliqué et les tissus sont prélevés.

Un autre type de procédure chirurgicale effectuée pour éliminer les tissus anormaux de la zone cervicale qui sont à l’origine de la koilocytose est appelé procédure d’excision électrochirurgicale en boucle ou procédure LEEP. Cette procédure utilise une boucle de fil mince qui est attachée à un générateur qui délivre de petits courants électriques qui sont utilisés pour couper et vaporiser les tissus affectés.

Lire La Suite  Peur de l'avion : signes, causes et gestion de l'aérophobie
  • Leave Comments