Les étapes du développement psychosocial d’Erik Erikson

Erik Erikson était un psychologue de l’ego qui a développé l’une des théories du développement les plus populaires et les plus influentes. Alors que sa théorie a été impactée par le travail du psychanalyste Sigmund Freud , la théorie d’Erikson s’est concentrée sur le développement psychosocial plutôt que sur le développement psychosexuel .

Les étapes qui composent sa théorie sont les suivantes: 1

  • Étape 1 : Confiance vs méfiance
  • Étape 2 : Autonomie contre honte et doute
  • Étape 3 : Initiative vs culpabilité
  • Étape 4 : industrie vs infériorité
  • Étape 5 : Identité vs confusion
  • Étape 6 : Intimité vs isolement
  • Étape 7 : Générativité vs Stagnation
  • Étape 8 : Intégrité vs désespoir

Examinons de plus près le contexte et les différentes étapes qui composent la théorie psychosociale d’Erikson.

Aperçu

Alors, qu’impliquait exactement la théorie du développement psychosocial d’Erikson? Tout comme Sigmund Freud , Erikson croyait que la personnalité se développait en une série d’étapes.

Contrairement à la théorie de Freud sur les stades psychosexuels, cependant, la théorie d’Erikson décrit l’impact de l’expérience sociale sur toute la durée de la vie. Erikson s’intéressait à la manière dont les interactions et les relations sociales jouaient un rôle dans le développement et la croissance des êtres humains.

Conflit à chaque étape

Chaque étape de la théorie d’Erikson s’appuie sur les étapes précédentes et ouvre la voie aux périodes de développement suivantes. À chaque étape, Erikson croyait que les gens vivaient un  conflit  qui servait de tournant dans le développement. 2

Selon Erikson, ces conflits sont centrés soit sur le développement d’une qualité psychologique, soit sur l’échec à développer cette qualité. Pendant ces périodes, le potentiel de croissance personnelle est élevé, tout comme le potentiel d’échec.

Si les gens réussissent à gérer le conflit, ils sortent de la scène avec des forces psychologiques qui leur seront utiles pour le reste de leur vie. 3  Si elles ne parviennent pas à traiter efficacement ces conflits, ils ne peuvent pas développer les compétences essentielles nécessaires à un fort sentiment de soi.

La maîtrise mène à la force de l’ego

Erikson croyait également qu’un sens de la compétence motive les comportements et les actions. Chaque étape de la théorie d’Erikson consiste à devenir compétent dans un domaine de la vie.

Si la scène est bien gérée, la personne ressentira un sentiment de maîtrise, parfois appelé force de l’ego ou qualité de l’ego. Si la scène est mal gérée, la personne émergera avec un sentiment d’insuffisance dans cet aspect du développement.

Étapes psychosociales: un graphique récapitulatif
Âge Conflit Événements importants Résultat
Petite enfance (de la naissance à 18 mois) Confiance vs méfiance  Alimentation Espoir
Petite enfance (2 à 3 ans) Autonomie contre honte et doute Apprentissage de la propreté Volonté
Préscolaire (3 à 5 ans) Initiative contre culpabilité Exploration Objectif
Âge scolaire (6 à 11 ans) Industrie vs infériorité École Confiance
Adolescence (12 à 18 ans) Identité vs confusion des rôles Relations sociales fidélité
Jeune adulte (19 à 40 ans) Intimité vs isolement Des relations L’amour
Âge adulte moyen (40 à 65 ans) Générativité vs stagnation Travail et parentalité Se soucier
Maturité (65 ans à la mort) Intégrité de l’ego vs désespoir Réflexion sur la vie Sagesse
Un bref résumé des huit étapes

Étape 1: Confiance vs méfiance

La première étape de la théorie du développement psychosocial d’Erikson survient entre la naissance et 1 an et est l’étape la plus fondamentale de la vie. Parce qu’un bébé est totalement dépendant, le développement de la confiance repose sur la fiabilité et la qualité des soignants de l’enfant.

À ce stade de son développement, l’enfant est totalement dépendant des soignants adultes pour tout ce dont il a besoin pour survivre, y compris la nourriture, l’amour, la chaleur, la sécurité et les soins. Si un soignant ne fournit pas les soins et l’amour adéquats, l’enfant en viendra à sentir qu’il ne peut pas faire confiance ou dépendre des adultes dans sa vie.

Résultats

Si un enfant développe avec succès la confiance, il se sentira en sécurité dans le monde. 2 Les  soignants qui sont incohérents, indisponibles sur le plan émotionnel ou qui refusent contribuent au sentiment de méfiance envers les enfants dont ils ont la garde. Le fait de ne pas développer la confiance entraînera la peur et la conviction que le monde est incohérent et imprévisible.

Aucun enfant ne développera un sentiment de confiance à 100% ou de doute à 100%. Erikson pensait qu’un développement réussi consistait à trouver un équilibre entre les deux côtés opposés. Lorsque cela se produit, les enfants acquièrent de l’espoir, qu’Erikson a décrit comme une ouverture à l’expérience tempérée par une certaine méfiance face au danger.

Des travaux ultérieurs de chercheurs, dont John Bowlby et Mary Ainsworth, ont démontré l’importance de la confiance dans la formation d’ attachements sains pendant l’enfance et l’âge adulte.

Étape 2: Autonomie contre honte et doute

La deuxième étape de la théorie du développement psychosocial d’Erikson a lieu pendant la petite enfance et se concentre sur les enfants développant un plus grand sens de contrôle personnel.

Le rôle de l’indépendance

À ce stade de leur développement, les enfants commencent tout juste à gagner un peu d’indépendance. Ils commencent à effectuer eux-mêmes des actions de base et à prendre des décisions simples sur ce qu’ils préfèrent. En permettant aux enfants de faire des choix et de prendre le contrôle, les parents et les soignants peuvent aider les enfants à développer un sentiment d’autonomie. 2

Apprendre à faire sur le pot

Le thème essentiel de cette étape est que les enfants doivent développer un sentiment de contrôle personnel sur leurs aptitudes physiques et un sentiment d’indépendance. L’apprentissage de la propreté joue un rôle important pour aider les enfants à développer ce sentiment d’autonomie.

Comme Freud, Erikson croyait que l’apprentissage de la propreté était une partie vitale de ce processus. Cependant, le raisonnement d’Erikson était tout à fait différent de celui de Freud. Erikson croyait qu’apprendre à contrôler ses fonctions corporelles conduit à un sentiment de contrôle et un sentiment d’indépendance. D’autres événements importants incluent le contrôle accru des choix alimentaires, des préférences en matière de jouets et du choix des vêtements.

Résultats

Les enfants qui luttent et qui ont honte de leurs accidents peuvent être laissés sans sentiment de contrôle personnel. Le succès à cette étape du développement psychosocial conduit à des sentiments d’autonomie; l’échec entraîne des sentiments de honte et de doute.

Trouver l’équilibre

Les enfants qui réussissent cette étape se sentent en sécurité et confiants, tandis que ceux qui n’y parviennent pas se retrouvent avec un sentiment d’insuffisance et de doute. Erikson croyait que la réalisation d’un équilibre entre l’autonomie et la honte et le doute conduirait à la volonté, qui est la croyance que les enfants peuvent agir avec intention, dans les limites de la raison et des limites.

Étape 3: Initiative contre culpabilité

La troisième étape du développement psychosocial a lieu pendant les années préscolaires. À ce stade du développement psychosocial, les enfants commencent à affirmer leur pouvoir et leur contrôle sur le monde en dirigeant le jeu et d’autres interactions sociales.

Les enfants qui réussissent à ce stade se sentent capables et capables de diriger les autres. Ceux qui n’acquièrent pas ces compétences se retrouvent avec un sentiment de culpabilité, de doute et de manque d’initiative.

Résultats

Le thème principal de la troisième étape du développement psychosocial est que les enfants doivent commencer à affirmer le contrôle et le pouvoir sur l’environnement. Le succès à cette étape conduit à un sens du but. Les enfants qui essaient d’exercer trop de pouvoir éprouvent de la désapprobation, ce qui entraîne un sentiment de culpabilité.

Étape 4: industrie vs infériorité

La quatrième étape psychosociale a lieu pendant les premières années d’école, de 5 à 11 ans environ. Grâce aux interactions sociales, les enfants commencent à développer un sentiment de fierté à l’égard de leurs réalisations et de leurs capacités.

Les enfants doivent faire face aux nouvelles exigences sociales et scolaires. Le succès conduit à un sentiment de compétence, tandis que l’échec se traduit par un sentiment d’infériorité.

Résultats

Les enfants qui sont encouragés et félicités par les parents et les enseignants développent un sentiment de compétence et de confiance en leurs compétences. Ceux qui reçoivent peu ou pas d’encouragement de la part de leurs parents, enseignants ou pairs doutent de leurs capacités à réussir.

Trouver avec succès un équilibre à ce stade du développement psychosocial conduit à la force connue sous le nom de compétence, dans laquelle les enfants développent une croyance en leurs capacités à gérer les tâches qui leur sont confiées.

Étape 5: Identité vs confusion

La cinquième étape psychosociale a lieu pendant l’adolescence souvent mouvementée. Cette étape joue un rôle essentiel dans le développement d’un sentiment d’identité personnelle qui continuera à influencer le comportement et le développement pour le reste de la vie d’une personne. Les adolescents ont besoin de développer un sentiment de soi et d’identité personnelle. Le succès conduit à une capacité à rester fidèle à vous-même, tandis que l’échec entraîne une confusion des rôles et un faible sentiment de soi.

À l’adolescence, les enfants explorent leur indépendance et développent un sentiment de soi. 2  Ceux qui reçoivent l’ encouragement et le renforcement approprié par l’ exploration personnelle sortira de cette scène avec un fort sentiment de soi et un sentiment d’indépendance et de contrôle. Ceux qui ne sont pas sûrs de leurs croyances et de leurs désirs se sentiront anxieux et confus à propos d’eux-mêmes et de l’avenir.

Qu’est-ce que l’identité?

Lorsque les psychologues parlent d’identité, ils font référence à toutes les croyances, idéaux et valeurs qui aident à façonner et à guider le comportement d’une personne. Terminer cette étape conduit avec succès à la fidélité, qu’Erikson a décrite comme une capacité à vivre selon les normes et les attentes de la société.

Alors qu’Erikson croyait que chaque étape du développement psychosocial était importante, il a mis un accent particulier sur le développement de l’identité de l’ego. L’identité de l’ego est le   sens conscient de soi que nous développons par l’interaction sociale et devient un point central pendant la phase d’identité versus confusion du développement psychosocial.

Selon Erikson, notre identité d’ego change constamment en raison de nouvelles expériences et informations que nous acquérons dans nos interactions quotidiennes avec les autres. Au fur et à mesure que nous avons de nouvelles expériences, nous relevons également des défis qui peuvent aider ou entraver le développement de l’identité.

Pourquoi l’identité est importante

Notre identité personnelle donne à chacun de nous un sentiment intégré et cohérent de soi qui perdure tout au long de notre vie. Notre sentiment d’identité personnelle est façonné par nos expériences et nos interactions avec les autres, et c’est cette identité qui aide à guider nos actions, nos croyances et nos comportements à mesure que nous vieillissons.

Étape 6: Intimité vs isolement

Les jeunes adultes ont besoin de nouer des relations intimes et aimantes avec d’autres personnes. Le succès mène à des relations solides, tandis que l’échec entraîne la solitude et l’isolement. Cette étape couvre la période du début de l’âge adulte où les gens explorent les relations personnelles. 2

Erikson croyait qu’il était vital que les gens développent des relations étroites et engagées avec d’autres personnes. Ceux qui réussissent à cette étape formeront des relations durables et sûres.

S’appuyer sur les étapes précédentes

N’oubliez pas que chaque étape s’appuie sur les compétences acquises lors des étapes précédentes. Erikson croyait qu’un fort  sentiment d’identité personnelle  était important pour développer des relations intimes. Des études ont démontré que ceux qui ont un mauvais sens de soi ont tendance à avoir des relations moins engagées et sont plus susceptibles de lutter contre l’isolement émotionnel, la  solitude et la dépression.

Étape 7: Générativité vs Stagnation

Les adultes doivent créer ou entretenir des choses qui leur survivront, souvent en ayant des enfants ou en créant un changement positif qui profite aux autres. Le succès conduit à des sentiments d’utilité et d’accomplissement, tandis que l’échec se traduit par une implication superficielle dans le monde.

À l’âge adulte, nous continuons à bâtir nos vies, en nous concentrant sur notre carrière et notre famille. Ceux qui réussissent pendant cette phase sentiront qu’ils contribuent au monde en étant actifs dans leur foyer et leur communauté. 2  Ceux qui ne parviennent pas à atteindre cette compétence se sentira improductif et non impliqué dans le monde.

Le soin est la vertu obtenue lorsque cette étape est gérée avec succès. Être fier de vos réalisations, voir vos enfants devenir des adultes et développer un sentiment d’unité avec votre partenaire de vie sont des réalisations importantes de cette étape.

Étape 8: Intégrité vs désespoir

La dernière étape psychosociale survient pendant la vieillesse et se concentre sur la réflexion sur la vie. 2  À ce stade de développement, les gens regarder en arrière sur les événements de leur vie et déterminer si elles sont satisfaits de la vie qu’ils ont vécu ou si elles regrettent ce qu’ils ont fait ou n’a pas fait.

La théorie d’Erikson différait de beaucoup d’autres parce qu’elle abordait le développement tout au long de la vie, y compris la vieillesse. Les personnes âgées ont besoin de regarder en arrière sur la vie et de ressentir un sentiment d’épanouissement. Le succès à ce stade conduit à des sentiments de sagesse, tandis que l’échec se traduit par des regrets, de l’amertume et du désespoir.

À ce stade, les gens réfléchissent aux événements de leur vie et font le point. Ceux qui regardent en arrière une vie qu’ils se sentent bien vécue se sentiront satisfaits et prêts à affronter la fin de leur vie avec un sentiment de paix. Ceux qui regardent en arrière et ne ressentent que des regrets auront plutôt peur que leur vie se termine sans accomplir les choses qu’ils pensent devoir avoir.

Résultats

Ceux qui échouent pendant cette étape auront le sentiment que leur vie a été gâchée et peuvent éprouver de nombreux regrets. La personne sera laissée avec des sentiments d’amertume et de désespoir.

Ceux qui se sentent fiers de leurs réalisations ressentiront un sentiment d’intégrité. Réussir cette phase signifie regarder en arrière avec peu de regrets et un sentiment général de satisfaction. Ces individus atteindront la  sagesse, même lorsqu’ils seront confrontés à la mort.

Forces et faiblesses de la théorie d’Erikson

La théorie d’Erikson a également ses limites et attire des critiques valables. Quels types d’expériences sont nécessaires pour réussir chaque étape? Comment une personne passe-t-elle d’une étape à l’autre?

Critique

Une faiblesse majeure de la théorie psychosociale est que les mécanismes exacts de résolution des conflits et de passage d’une étape à l’autre ne sont pas bien décrits ou développés. La théorie ne parvient pas à détailler exactement quel type d’expériences sont nécessaires à chaque étape pour réussir à résoudre les conflits et passer à l’étape suivante.

Support

L’une des forces de la théorie psychosociale est qu’elle fournit un cadre large à partir duquel voir le développement tout au long de la vie. Cela nous permet également de souligner la nature sociale des êtres humains et l’influence importante des relations sociales sur le développement.

Les chercheurs ont trouvé des preuves soutenant les idées d’Erikson sur l’identité et ont en outre identifié différentes sous-étapes de la formation de l’identité. 4  Certaines recherches suggèrent également que les personnes qui forment de fortes identités personnelles pendant l’ adolescence sont mieux capables de former des relations intimes pendant l’ âge adulte. D’autres recherches suggèrent, cependant, que la formation et le développement de l’identité se poursuivent bien jusqu’à l’âge adulte. 5

Un mot de Verywell

Il est important de se rappeler que les étapes psychosociales ne sont qu’une théorie du développement de la personnalité. Certaines recherches peuvent soutenir certains aspects de ce cadre théorique, mais cela ne signifie pas que chaque aspect de la théorie est étayé par des preuves. La théorie peut cependant être un moyen utile de réfléchir à certains des différents conflits et défis auxquels les gens peuvent être confrontés au cours de leur vie.

  • Leave Comments