Psychose alcoolique – Changements de personnalité liés à la démence et à l’alcoolisme

Qu’est-ce que la démence alcoolique?

La démence alcoolique fait référence à une altération des capacités cognitives et à des changements de personnalité à la suite d’un abus d’alcool ou d’un abus chronique d’alcool et est appelée psychose liée à l’ alcool ou communément psychose alcoolique . La présentation peut également être due au syndrome de Wernicke-Korsakoff qui est une conséquence d’une carence en thiamine résultant d’un syndrome de malabsorption associé à une consommation d’alcool à long terme.

La démence alcoolique ou la psychose peut ressembler étroitement à d’autres troubles comme la schizophrénie ou la maladie d’Alzheimer, mais contrairement à ces deux conditions, elle disparaîtra dans la plupart des cas une fois la consommation d’alcool arrêtée. Cependant, dans les cas d’abus chronique d’alcool sur des périodes prolongées, la psychose alcoolique peut être irréversible, mais dans ces cas, la présentation peut être liée au syndrome de Wernicke-Korsakoff.

 

Causes de la démence alcoolique

La condition est plus souvent observée chez les buveurs à long terme qui ont abusé de l’alcool pendant de nombreuses années. Le développement de la démence alcoolique dépend d’un certain nombre de facteurs. Cela ne dépend pas de l’existence d’un trouble psychiatrique sous-jacent ou de l’âge de la personne. Au lieu de cela, le risque de développer une démence alcoolique dépend des facteurs suivants:

  • Fréquence et quantité
    • Consommer de l’alcool fréquemment ou quotidiennement comme on le voit avec un alcoolisme sévère.
    • Consommer de grandes quantités d’alcool (supérieures à l’apport journalier recommandé pour les hommes adultes et les femmes adultes).
  • Âge de début de la consommation fréquente d’alcool
    • Consommer de l’alcool dès le plus jeune âge.
  • Durée de la consommation d’alcool
    • Consommation d’alcool («consommation excessive d’alcool») ou alcoolisme chronique (consommation d’alcool affectant le fonctionnement quotidien avec envie d’alcool) pendant de nombreuses années.
  • Exposition prénatale à l’alcool
    • La mère a consommé de l’alcool pendant sa grossesse malgré l’absence de syndrome d’alcoolisme foetal (SAF).

Il peut y avoir d’autres facteurs contributifs comme des variables génétiques, d’autres toxicomanies (stupéfiants), des troubles psychiatriques sous-jacents, des carences nutritionnelles et l’état de santé général.

Physiopathologie

La démence alcoolique n’est pas aussi clairement comprise que le syndrome de Wernicke-Korsakoff. Il doit être exclu des changements psychologiques observés dans le sevrage alcoolique et les troubles psychotiques.

Des lésions cérébrales organiques peuvent ou non être présentes avec la démence alcoolique, bien que cela puisse être attribué à d’autres troubles neurodégénératifs sous-jacents qui peuvent être manqués. Le syndrome de Wernicke-Korsakoff est mieux compris car il provient d’une carence en thiamine qui se traduit par des modifications neurodégénératives. Une conséquence rare de l’alcoolisme chronique est la démyélinisation du corps calleux connue sous le nom de maladie de Marchiafava-Bignami.

Demandez à un médecin en ligne maintenant!

La consommation d’alcool entraîne une sécrétion accrue de certains neurotransmetteurs comme la dopamine. Dans la démence alcoolique, les niveaux de dopamine dus à la consommation d’alcool peuvent provoquer une activité excessive de certaines parties du cerveau, comme le système limbique, qui joue un rôle intégral dans un certain nombre de fonctions, notamment les émotions, la mémoire et la perception. Ces systèmes n’existent pas isolément et jouent des rôles variables dans d’autres fonctions cérébrales qui expliqueraient les signes et les symptômes de la démence alcoolique.

Signes et symptômes

La présentation peut ne pas toujours être clairement rapportée par le patient en raison de la réticence à admettre que sa consommation d’alcool a atteint un stade où elle affecte le fonctionnement quotidien. Les membres de la famille et les amis proches peuvent d’abord prendre note des changements de personnalité en réponse à une consommation excessive d’alcool ou à la suite de crises d’alcoolisme. Les patients atteints de démence alcoolique ne se souviennent souvent pas des événements pendant l’intoxication.

  • Hallucinations
  • Délires
  • Dysfonctionnement de la mémoire
  • Changements de personnalité – allant de déprimé et renfermé à excité et irritable.
  • Agression
  • Mauvais jugement
  • Difficulté à prendre des décisions
  • Manque de perspicacité

La psychose liée à l’alcool est généralement observée lorsqu’il y a:

  • Consommation excessive d’alcool
  • Pendant le sevrage alcoolique
  • De courtes périodes de temps après un épisode de consommation excessive

Une autre présentation inhabituelle est lorsqu’une petite quantité d’alcool entraîne une intoxication (ivresse) conduisant aux signes et symptômes ci-dessus. C’est ce qu’on appelle l’intoxication alcoolique idiosyncratique. La tolérance individuelle à l’alcool est toujours un facteur, mais avec l’intoxication alcoolique idiosyncratique, la quantité d’alcool nécessaire pour déclencher une psychose est nettement inférieure à la tolérance rapportée par le patient. Parfois, une ou deux boissons alcoolisées suffisent pour déclencher l’apparition.

Lire La Suite  Méthodes de dialyse rénale, machine et indications pour son utilisation
  • Leave Comments