Eddème pulmonaire neurogène : causes, symptômes, traitement

L’œdème pulmonaire neurogène est une forme assez rare d’œdème pulmonaire qui est due à une accumulation excessive de liquides interstitiels et alvéolaires pulmonaires. Cela se produit généralement après une agression ou une blessure neurologique grave. Un œdème pulmonaire neurogène peut se développer en quelques minutes à quelques heures après une agression neurologique et se caractérise par des épisodes d’essoufflement soudain et sévère et de fièvre. L’œdème pulmonaire neurogène est généralement un diagnostic d’exclusion et est diagnostiqué après que toute autre condition est exclue à l’origine des symptômes. Le traitement de l’œdème pulmonaire neurogène est normalement de soutien, l’objectif du traitement réel étant de résoudre l’état neurologique causant l’œdème pulmonaire neurogène. Cette condition se résout dans les deux à trois jours après le développement.

Quelle est la cause de l’œdème pulmonaire neurogène?

Il n’y a pas de cause définie pour l’œdème pulmonaire neurogène, mais il se développe généralement après une agression neurologique grave et se développe dans les minutes à heures qui suivent l’agression neurologique. Certaines des principales causes d’œdème pulmonaire neurogène sont une hémorragie sous-arachnoïdienne, une hémorragie cérébrale, des convulsions ou une blessure à la tête traumatique à la suite d’un accident de véhicule à moteur et similaires. Certaines des causes mineures de l’œdème pulmonaire neurogène ne sont pas les accidents vasculaires cérébraux hémorragiques, l’embolie gazeuse ou les tumeurs cérébrales et la méningite bactérienne.

Quels sont les symptômes de l’œdème pulmonaire neurogène?

Certains des symptômes courants de l’œdème pulmonaire neurogène sont :

  • Essoufflement d’apparition soudaine
  • Rythme cardiaque rapide
  • Tachycardie
  • Crépitements bibasilaires
  • Fièvre.

Comment diagnostique-t-on l’œdème pulmonaire neurogène?

Le diagnostic d’œdème pulmonaire neurogène est normalement un diagnostic d’exclusion. Il n’y a pas de tests spécifiques qui peuvent déterminer si un individu a un œdème pulmonaire neurogène en dehors des marqueurs cardiaques élevés. Si tel est le cas, cela peut indiquer une atteinte neurologique et cette hémorragie sous-arachnoïdienne qui est la cause la plus fréquente d’œdème pulmonaire neurogène. Les études radiologiques sous forme de radiographies thoraciques montreront un aspect similaire à celui d’une insuffisance cardiaque congestive mais d’autres tests pour confirmer cela seront négatifs. Cela laisse avec un seul diagnostic et c’est l’œdème pulmonaire neurogène.

Le traitement de l’œdème pulmonaire neurogène est fondamentalement favorable, l’objectif du traitement étant de traiter la cause neurologique sous-jacente de la maladie. L’œdème pulmonaire neurogène disparaît normalement dans les 72 heures suivant son apparition dans la majorité des cas. Pour le traitement, un supplément d’oxygène est nécessaire pour contrôler l’essoufflement sévère ressenti par le patient souffrant d’œdème pulmonaire neurogène. Dans certains cas, une ventilation mécanique peut également être nécessaire pendant un certain temps jusqu’à ce que l’œdème se résolve et que le patient soit à nouveau capable de respirer normalement. La ventilation artificielle garantit qu’il n’y a pas de lésion pulmonaire due à un œdème pulmonaire neurogène. Il est également important de maintenir l’oxygénation des organes vitaux du corps pendant cette phase d’œdème pulmonaire neurogène. A l’heure,

La chirurgie n’a de loin jamais été nécessaire pour le traitement spécifique de l’œdème pulmonaire neurogène, bien qu’une intervention chirurgicale soit nécessaire pour la cause de celui-ci, comme un hématome sous-dural ou une hémorragie cérébrale qui sont connus pour provoquer un œdème pulmonaire neurogène.

  • Leave Comments