Anatomie de l’humérus et pièces jointes

L’humérus est un os qui relie l’ épaule et le coude . L’humérus est le plus gros os du membre supérieur et le seul os du haut du bras. Les mouvements de l’humérus participent à de nombreuses activités essentielles au quotidien, comme le lancer, le levage, l’écriture et d’autres qui nécessitent des mouvements de l’articulation de l’épaule .

 

De façon proximale, l’humérus fait partie de l’articulation de l’épaule tandis que distalement, l’humérus s’articule avec le radius et le cubitus pour former l’articulation du coude.

L’os de l’humérus agit comme un site d’attachement pour de nombreux muscles et ligaments importants.

Structure de l’os de l’humérus

Pour décrire l’anatomie de l’os de l’humérus, il est divisé en trois parties

  • Extrémité proximale
  • Arbre
  • Extrémité distale

Extrémité proximale de l’humérus

 

 

La tête est la région la plus proximale de l’os. La tête est de forme presque sphérique et s’aplatit un peu là où elle se fixe à l’omoplate et à la clavicule.

La tête est dirigée médialement, vers l’arrière et vers le haut. Il s’articule avec la cavité glénoïde de l’omoplate pour former l’articulation de l’épaule. La tête forme environ un tiers d’une sphère et est beaucoup plus grande que la cavité glénoïde.

La ligne séparant la tête du reste de l’extrémité supérieure s’appelle le cou anatomique.

Il y a deux tubercules présents.

Le tubercule inférieur est une élévation sur la face antérieure de l’extrémité supérieure.

Le tubercule supérieur est une élévation qui forme la partie latérale de l’extrémité supérieure. Son aspect postérieur est marqué par trois impressions: supérieure, moyenne et inférieure.

Le sillon bicipital sépare le tubercule inférieur (médial) de la partie antérieure du tubercule supérieur. Le sillon a des lèvres médiales et latérales qui représentent des prolongements vers le bas des tubercules inférieurs et supérieurs et servent à la fixation des ligaments et des muscles

La ligne séparant l’extrémité supérieure de l’humérus de la tige s’appelle le col chirurgical .

 

Arbre d’humérus

L’arbre est arrondi dans la moitié supérieure et triangulaire dans la moitié inférieure. Il a trois bordures et trois surfaces.

Lire La Suite  Les 14 symptômes les plus courants d'une allergie au gluten

Les frontières

Le bord antérieur est une continuation de la lèvre latérale du sillon intertuberculaire ou du sillon bicipital. Dans sa partie médiane, il forme le bord antérieur de la tubérosité deltoïde. La moitié inférieure du bord antérieur est lisse et arrondie.

Le bord latéral n’est proéminent qu’à l’extrémité inférieure où il forme la crête supracondylienne latérale. Dans la partie médiane, il est interrompu par la rainure radiale (spirale) qui retient le nerf radial.

La lèvre médiale du sillon intertuberculaire ou de la rainure bicipitale continue comme la frontière médiale. Au milieu, il présente une bande rugueuse. Elle est continue en dessous avec la crête supracondylienne médiale.

Surfaces

La surface antérolatérale se situe entre les bordures antérieure et latérale. La moitié supérieure de cette surface est couverte par le deltoïde. Elle est marquée par une tubérosité deltoïde en forme de V un peu au-dessus du milieu.

La surface antéro-médiale se situe entre les bordures antérieure et médiale. Son tiers supérieur est étroit et forme le plancher de la rainure bicipitale. Près du bord médian, presque au milieu, un foramen nutritif est vu.

Entre les bords médial et latéral se trouve la surface postérieure. Elle est marquée par une crête oblique dans la partie supérieure et est traversée par la rainure radiale dans le tiers médian.

Extrémité inférieure de l’humérus

Au-dessous de la tubérosité deltoïde, l’humérus s’élargit progressivement, doublant sa largeur à l’approche du coude.

L’extrémité inférieure de l’humérus forme le condyle qui est élargi d’un côté à l’autre et montre une crête supracondylienne latérale et la crête supracondylienne médiale est une crête similaire du côté médial.

Aperçu antérieur de l’extrémité inférieure de l’humérus, crédit d’image: Wikipedia

Partie articulaire

  • Le capitellum est une projection arrondie qui s’articule avec la tête du radius pour former une articulation radiocapitellaire.
  • La trochlée est une surface en forme de poulie. Il s’articule avec l’encoche trochléaire de l’ulna pour former l’articulation du coude. Le bord médial de la trochlée fait saillie de 6 mm de plus que le bord latéral. Cela conduit à un angle porteur ou l’angle par lequel l’avant-bras fait saillie de l’axe huméral.

Partie non articulaire

Du côté médial et latéral, il y a des projections osseuses proéminentes appelées épicondyle. L’épicondyle médial est appelé épicondyle médial et l’épicondyle latéral est appelé épicondyle latéral.

L’épicondyle latéral est plus petit que l’épicondyle médial.

La fosse coronoïde est une dépression juste au-dessus de la face antérieure de la trochlée. Il s’adapte au processus coronoïde de l’ulna lorsque le coude est fléchi.

Lire La Suite  Mucus dans la gorge - Sources et causes du mucus de la gorge

La fosse radiale est une dépression présente juste au-dessus de la face antérieure du capitule. Il accueille la tête du radius lorsque le coude est fléchi.

La fosse olécranienne se trouve juste au-dessus de la face postérieure de la trochlée. Il s’adapte au processus olécrânien de l’ulna lorsque le coude est allongé.

Vue postérieure, extrémité inférieure, humérus, os

Pièces jointes de l’humérus

Structure et attachements de l’os de l’humérus, les images sur le côté gauche montrent également des coupes transversales de l’humérus à différents niveaux, crédit d’image: Dartmouth

Humérus supérieur

Le sous-scapulaire est inséré dans la moindre tubérosité.

La plus grande tubérosité donne l’attachement à l’insertion de supraspinatus, infraspinatus et teres minor.

  • Supraspinatus – partie supérieure
  • Infraspinatus – Moyen
  • Teres minor – impression inférieure

Le sulcus intertubéreux permet également l’attachement à l’insertion de trois muscles. Le grand pectoral s’insère dans la lèvre latérale du sillon intertuberculaire en deux couches. Le teres major est inséré dans la lèvre médiale du sillon intertuberculaire. Le latissimus dorsi est inséré dans le plancher du sillon intertuberculaire.

[Le contenu du sillon intertubéreux est le tendon de la longue tête du biceps et sa gaine synoviale ainsi que la branche ascendante de l’artère humérale circonflexe antérieure.]

Le cou anatomique assure la fixation au ligament capsulaire de l’articulation de l’épaule, sauf sur le côté médial. Du côté médial, la ligne de fixation descend d’environ un centimètre pour inclure une petite zone de la tige dans la cavité articulaire.

Une ouverture est prévue pour le tendon de la longue tête du biceps quitte la cavité articulaire

Arbre d’humérus

La tubérosité deltoïde assure l’insertion dans le muscle deltoïde.

Une zone rugueuse au milieu de la bordure médiale est destinée à l’insertion du coracobrachial.

Le brachial provient des moitiés inférieures des surfaces antéromédiale et antérolatérale de la tige s’étendant en partie sur la face postérieure.

Bas de gamme

Les deux tiers supérieurs de la crête supracondylienne latérale donnent naissance à brachioradialis tandis que le tiers inférieur donne naissance à extenseur carpi radialis longus.

La surface antéromédiale, près de l’extrémité inférieure de la crête supracondylienne médiale, donne l’origine à la tête humérale du pronateur teres. {L’autre extrémité provient de l’ulna du côté médial de la coronoïde}

L’origine commune des fléchisseurs sur la face antérieure de l’épicondyle médial donne naissance à des fléchisseurs superficiels du poignet et de la main, communément appelés muscles de l’avant-bras fléchisseur. Il s’agit du fléchisseur carpi ulnaris, du palmaris longus, du fléchisseur carpi radialis et du pronator teres

L’origine extenseur commune à l’épicondyle latéral fournit l’origine aux muscles extenseurs de l’avant-bras. Ces muscles sont brachioradialis, extensor carpi radialis longus, extensor carpi radialis brevis, extensor digitorium, extensor digiti minimi et extensor carpi ulnaris.

Lire La Suite  Échelle de coma de Glasgow et échelle de coma de Glasgow pédiatrique

La surface postérieure de l’épicondyle latéral donne naissance au muscle anconeus.

La capsulaire de l’articulation du coude est attachée le long d’une ligne qui atteint proximalement aux fosses radiales et coronoïdes, en avant et sur le côté postérieur, en amont de la fosse olécrânienne en arrière.

Côté médial, la ligne de fixation de la capsule passe entre l’épicondyle médial et la trochlée. Côté latéral, il passe entre l’épicondyle latéral et le capitellum.

Détermination latérale de l’os de l’humérus

  • L’extrémité supérieure est arrondie pour former la tête. L’extrémité inférieure est élargie d’un côté à l’autre et aplatie d’avant en arrière.
  • La tête est dirigée médialement et vers l’arrière.
  • Le tubercule inférieur fait saillie de l’avant de l’extrémité supérieure et est limité latéralement par le sillon intertuberculaire (sillon bicipital)

Ossification de l’humérus

L’humérus est ossifié à partir de huit centres, un pour chacune des parties suivantes de l’humérus – le corps, la tête, le gros tubercule, le petit tubercule, le capitellum, la trochlée et un pour chaque épicondyle.

Il y a un centre primaire et sept centres secondaires.

 

Centre primaire

Le centre du corps apparaît près du milieu de la diaphyse à la huitième semaine de vie fœtale et s’étend bientôt vers les extrémités. Ceci est le centre principal.

À la naissance, l’humérus est ossifié sur presque toute sa longueur, seules les extrémités restent cartilagineuses.

Extrémité supérieure de l’humérus

Les centres d’ossification apparaissent comme suit

  • Tête d’os – Première année
  • Tubercule supérieur – deuxième année
  • Tubercule mineur – Cinquième année

Les centres pour la tête et les tubercules se rejoignent au bout de 6 ans pour former une seule grande épiphyse. Cela fusionne avec le corps vers la vingtième année.

Extrémité inférieure de l’humérus

Les centres d’ossification de l’extrémité inférieure sont mémorisés par CRITOE. Voilà l’ordre d’apparition.

 

Le calendrier est le suivant

  • Capitellum – 1-2 ans
  • Rayon – 3-4 ans
  • Épicondyle interne ou médial – 5-6 ans
  • Trochlea – 8 ans
  • Olécrane – 9-10 ans
  • Épicondyle externe ou latéral – 11-12 ans

Vers la seizième ou la dix-septième année, l’épicondyle latéral et les deux parties de la surface articulée, s’étant déjà jointes, s’unissent au corps, et à la dix-huitième année, l’épicondyle médial s’y joint.

  • Leave Comments