Signes, symptômes et causes d’un AVC cérébral

Un accident vasculaire cérébral est la mort du tissu cérébral associée à une interruption de l’apport sanguin au cerveau et entraîne une altération de l’activité cérébrale normale. Le cerveau a besoin d’un apport constant d’oxygène et de nutriments qui l’atteignent par le sang dans les artères, principalement les artères carotides et vertébrales et les branches concernées. Lorsque l’artère est rétrécie puis soudainement bloquée, le sang riche en oxygène ne peut pas atteindre le cerveau et des parties du tissu meurent. Ceci est connu comme un AVC ischémique et représente la majorité des cas d’AVC. Un autre type d’accident vasculaire cérébral appelé accident vasculaire cérébral hémorragique survient lorsqu’il y a rupture d’un vaisseau sanguin et que le sang s’accumule dans et autour du cerveau, ce qui le comprime.

 

Les signes et symptômes d’un accident vasculaire cérébral , qu’il soit dû à une ischémie ou à une hémorragie, sont similaires. Cependant, avec un AVC ischémique, les caractéristiques cliniques apparaissent souvent soudainement et peuvent progressivement s’atténuer dans une certaine mesure, mais généralement pas entièrement. Lors d’un AVC hémorragique, les signes et les symptômes se développent progressivement et s’aggravent avec le temps. Un accident vasculaire cérébral peut être précédé d’épisodes de dysfonctionnement cérébral qui sont temporaires et non dus à la mort de cellules cérébrales. Ceci est connu comme un accident ischémique transitoire ( AIT ), ou communément comme un pré-AVC, un mini-AVC ou un AVC. Dans ces cas, le cerveau est temporairement privé d’oxygène et blessé (ischémie) mais récupère rapidement. Avec un accident vasculaire cérébral, il y a la mort du tissu cérébral et l’effet est permanent.

Signes et symptômes d’un AVC cérébral

Les caractéristiques cliniques d’un accident vasculaire cérébral dépendent de la partie du cerveau qui est touchée.Le cerveau est principalement affecté lors d’un accident vasculaire cérébral, d’où le terme d’infarctus cérébral. La plupart des symptômes ont tendance à être unilatéraux (unilatéraux), mais s’ils surviennent des deux côtés (bilatéral), cela peut indiquer une lésion du tronc cérébral ou du cervelet. Il est important de se rappeler lors de l’évaluation des symptômes qu’il s’agit généralement d’apparition soudaine puisque la plupart des AVC sont des accidents ischémiques.

Faiblesse et paralysie

La faiblesse musculaire est fréquente lors d’un AVC et est généralement unilatérale. C’est ce qu’on appelle l’ hémiparésie . Il peut y avoir à la place une paralysie, appelée hémiplégie . La faiblesse ou la paralysie peut s’étendre du visage jusqu’aux pieds. Cela se traduit par des difficultés à marcher, à se tenir debout, à parler (troubles de l’élocution ~ dysarthrie) et à coordonner les mouvements. Les patients ont tendance à avoir un mauvais équilibre, ne peuvent pas se soutenir et ont tendance à tomber fréquemment. Le visage peut s’affaisser d’un côté et un patient n’aura qu’un sourire unilatéral, du côté opposé. Il peut y avoir une perte complète des mouvements corporels, appelée ataxie .

Sensations et sens

Les sensations anormales ( paresthésie ) impliquent généralement des picotements qui évoluent rapidement vers un engourdissement. Ces sensations sont généralement d’un côté, en particulier sur le visage, les bras ou les jambes. Les patients peuvent ne pas ressentir de sensation du côté affecté, ou très légèrement, et dans ces cas, il est difficile de différencier les stimuli contondants et pointus.

La perturbation de la vision est le symptôme neurosensoriel le plus important d’un AVC. Cela peut inclure une vision double, une vision floue, une obscurité ou même une cécité. La perte de vision peut être dans la moitié du champ visuel et est connue sous le nom d’ hémianopie . Les troubles visuels peuvent être unilatéraux (monoculaires) ou affecter les deux côtés (binoculaire) et cela inclut l’hémianopie.

Les patients peuvent également signaler une sensation de tête légère ou d’étourdissements. Parfois, cela peut être spécifiquement signalé comme un vertige.

Facultés mentales

La confusion, en particulier dans l’interprétation lorsque les autres parlent, peut varier en gravité ou même être absente chez certains patients. Il peut également y avoir des difficultés à exprimer la parole. Cette altération de la compréhension et de la parole est connue sous le nom d’ aphasie . Le patient peut sembler «déconnecté» d’une discussion, avoir de longues pauses entre les mots ou avoir des difficultés à lancer la parole. Il peut également y avoir une difficulté à se concentrer, à se souvenir et à d’autres fonctions cognitives. En plus des troubles de l’élocution, le patient peut avoir du mal à communiquer avec les autres, ce qui, avec les autres symptômes débilitants, peut entraîner une dépression.

Autres signes et symptômes

Les autres signes et symptômes peuvent dépendre du type d’accident vasculaire cérébral, de la cause et d’autres facteurs sous-jacents. Ces caractéristiques cliniques comprennent:

  • Mal de crâne
  • Nausée et vomissements
  • Perte de conscience
  • Hypertension artérielle
  • Saisies

Demandez à un médecin en ligne maintenant!

Lors d’un AVC hémorragique, il y a une augmentation de la pression intracrânienne. Par conséquent, les symptômes typiques d’une augmentation de la pression intracrânienne, comme un mal de tête, des nausées et des vomissements, seront plus importants que lors d’un AVC hémorragique. Les crises sont également plus typiques d’un accident vasculaire cérébral hémorragique, en particulier dans les 24 premières heures.

Causes d’un accident vasculaire cérébral

Les causes peuvent varier entre un AVC ischémique et un AVC hémorragique.

Causes d’un AVC ischémique

Un AVC ischémique survient lorsqu’une artère alimentant le cerveau est obstruée. Dans la plupart des cas, l’artère est d’abord rétrécie et finalement bloquée par un caillot sanguin . Par conséquent, un accident vasculaire cérébral ischémique peut être en outre classé comme un accident vasculaire cérébral thrombotique ou embolique. Lors d’un accident vasculaire cérébral thrombotique , un caillot sanguin se forme au niveau de l’artère ( thrombus ) qu’il bloque éventuellement. Lors d’un accident vasculaire cérébral embolique, le caillot se forme ailleurs, circule dans la circulation sanguine et se loge dans l’artère, généralement déjà rétrécie, qu’il bloque ensuite. Parfois, l’ embolie n’est pas un caillot sanguin mais un autre matériau qui ne devrait pas circuler dans la circulation sanguine.

  • L’athérosclérose
  • Maladie cardiaque comme l’arythmie et les troubles des valves cardiaques où un caillot sanguin est plus susceptible de se former. Ces caillots peuvent déloger et obstruer une artère qui alimente le cerveau en sang.
  • Vasculite
  • Dissection artérielle
  • Médicaments sympathomimétiques, y compris les médicaments en vente libre contre la toux et le rhume et des substances illicites comme la cocaïne
  • Hypotension, si soudaine, chez un patient avec un débit sanguin réduit (comme une artère rétrécie) ou une disponibilité d’oxygène (comme dans l’anémie.
  • Crise cardiaque
  • Choc
  • Tumeurs susceptibles de comprimer les artères carotides ou vertébrales ou ses branches.

Facteurs de risque d’un AVC ischémique

Les patients présentant un ou plusieurs des facteurs de risque suivants peuvent être plus susceptibles d’avoir un accident vasculaire cérébral ischémique:

  • Âge avancé
  • Sexe – les hommes sont plus à risque
  • Histoire de famille
  • Infarctus du myocarde (crise cardiaque) ou accident vasculaire cérébral
  • Niveaux élevés de fibrinogène

Ce sont des facteurs de risque fixes ou non modifiables, ce qui signifie qu’ils ne peuvent pas être modifiés. D’autres facteurs de risque connus sous le nom de facteurs de risque modifiables peuvent être modifiés et comprennent:

  • Hypertension (pression artérielle élevée)
  • Maladie cardiaque (mentionnée ci-dessus)
  • Le diabète sucré ( diabète sucré )
  • Hyperlipidémie (lipides sanguins élevés)
  • Polyglobulie (excès de globules rouges)
  • Abus d’alcool
  • Le tabagisme
  • Contraceptifs oraux

Causes d’un AVC hémorragique

Un accident vasculaire cérébral hémorragique survient lorsqu’un vaisseau sanguin se rompt, en particulier dans la cavité intracrânienne, et que le sang s’accumule dans et autour du cerveau. L’incapacité du sang à atteindre toutes les parties du cerveau en raison d’une rupture, l’irritation des tissus causée par le contact avec du sang total et la compression du cerveau par des poches de sang (hématome) ou une augmentation de la pression intracrânienne peuvent endommager le cerveau.

  • Hypertension (pression artérielle élevée)
  • Anévrismes
  • Troubles de la coagulation (altération de la coagulation sanguine)
  • Malformation artério-veineuse (AVM)
  • Maladie des petits vaisseaux

Facteurs de risque d’un AVC hémorragique

  • Âge avancé
  • Hypertension (pression artérielle élevée)
  • Histoire de l’AVC
  • Abus de substances (alcool, amphétamines, cocaïne)
Lire La Suite  Sacrum et coccyx (coccyx) de la colonne vertébrale Anatomie et images
  • Leave Comments