Qu’est-ce que le vomissement? Contrôle de l’émèse

Les vomissements sont le processus d’expulsion du contenu gastro-intestinal supérieur de manière énergique. Également connu sous le nom de vomissements , les vomissements surviennent lorsque l’apport nerveux au pharynx, à l’œsophage, à l’estomac et au duodénum de l’intestin grêle est surexcité. Cela se produit souvent à la suite d’une surdistention ou d’une irritation de ces zones. Moins fréquemment, les vomissements peuvent être déclenchés par des produits chimiques, des processus pathologiques non liés à l’intestin, des mouvements et des expériences émotionnelles.

 

Comment se produisent les vomissements?

Physiologie des vomissements

Le péristaltisme est les contractions rythmiques de la paroi du tractus gastro-intestinal pour propulser les aliments vers le bas de l’œsophage vers le côlon. En cas de vomissement, la coordination de ces contractions est perturbée d’une manière qui pousse le contenu de l’intestin vers le haut – de l’intestin grêle ou de l’estomac à la bouche. C’est ce qu’on appelle l’ antipéristaltisme .

Les vomissements surviennent rarement seuls sans stimulus. Habituellement, des stimuli dans le tractus supérieur, en particulier le pharynx, l’œsophage et l’estomac, envoient des impulsions via les fibres nerveuses afférentes parasympathiques et sympathiques au centre des vomissements du tronc cérébral. Ce centre est en fait composé de plusieurs noyaux situés dans la zone autour de la moelle et du pont. Ces impulsions au centre de vomissement de l’intestin peuvent également déclencher la sensation de nausée.

D’autres zones du cerveau peuvent également stimuler le centre des vomissements, directement ou indirectement. Cela peut expliquer des vomissements associés à certaines pensées, expériences et troubles médicaux qui ne sont pas liés à l’intestin. L’une de ces zones associées est la zone de déclenchement des chimiorécepteurs dans la moelle épinière. Lorsqu’elle est stimulée, cette zone déclenche le centre des vomissements et elle est souvent associée à des effets secondaires médicamenteux qui entraînent des vomissements. La zone de déclenchement peut également être stimulée indirectement par d’autres parties du cerveau comme dans un cas de mal des transports. Cette stimulation croisée des zones déclenche également souvent la sensation de nausée.

Avant l’acte de vomir

Une fois ces zones stimulées, le centre des vomissements envoie des impulsions nerveuses motrices au tractus gastro-intestinal, au diaphragme et aux muscles abdominaux. Ces impulsions voyagent via les nerfs crâniens, CN V (5), VII (7), IX (9), X (10) et XII (12), jusqu’à l’intestin supérieur. Le diaphragme et les muscles abdominaux reçoivent des impulsions via les nerfs spinaux.

Ces impulsions nerveuses préparent le tractus gastro-intestinal supérieur au processus de vomissement, également connu sous le nom d’acte de vomissement. Les ondes antiperistaltiques poussent le contenu intestinal dans le duodénum, ​​l’estomac et partiellement dans l’œsophage. Ces ondes peuvent commencer aussi bas que les extrémités de l’intestin grêle connues sous le nom d’iléon et envoyer le contenu de l’intestin jusqu’au duodénum en quelques minutes.

Comme le contenu s’accumule dans le duodénum et l’estomac, il provoque une surdistension de ces organes. Cela stimule davantage le centre de vomissement. Le SOI (sphincter œsophagien inférieur) se détend partiellement, permettant au contenu de remplir partiellement l’œsophage.

Processus de vomissement

Une fois l’acte de vomissement commencé, il est difficile de l’arrêter. Cela se produit comme suit:

  • La personne prend une profonde inspiration qui est suivie de l’ouverture du sphincter œsophagien supérieur.
  • La trachée et les narines postérieures se ferment respectivement par le mouvement de la glotte et du palais mou. Cela empêche le vomi de pénétrer dans les poumons ou de sortir par le nez.
  • Le diaphragme et les muscles abdominaux entrent alors en contact, comprimant ainsi l’estomac.
  • Une fois que la pression dans l’estomac est suffisamment élevée, le sphincter œsophagien inférieur (SOI) s’ouvre complètement et le vomi est expulsé dans la bouche.
  • Leave Comments