Niveaux de lésions de la moelle épinière

Les niveaux de lésions de la moelle épinière peuvent s’exprimer de plusieurs façons et il est important de comprendre les corrélations.

Cela a une incidence importante sur le marquage du niveau de blessure et sur la corrélation avec l’anatomie. Par exemple, si une blessure se produit au niveau vertébral T10-11, elle va endommager ses segments vertébraux thoracique inférieur et lombaire.

Quelques définitions en premier

Crédit d’image

Niveau neurologique

Le segment le plus caudal avec une fonction sensorielle et motrice normale des deux côtés

Niveau sensoriel

Le segment le plus caudal avec une fonction sensorielle normale des deux côtés

Niveau moteur

Le segment le plus caudal avec une fonction motrice normale des deux côtés

Niveau squelettique

Niveau radiographique de la plus grande atteinte vertébrale

Colonne vertébrale

La colonne vertébrale se compose d’une série de segments vertébraux. La moelle épinière elle-même a des niveaux segmentaires neurologiques marqués par les racines vertébrales. Une racine vertébrale est nommée d’après la vertèbre dont elle sort. Lorsqu’elle remonte à la moelle épinière, les niveaux segmentaires de la moelle épinière ne correspondent pas nécessairement au niveau vertébral osseux.

 

Voyons les vertèbres et le nombre de racines nerveuses

  • Cervical – 7 vertèbres et 8 racines cervicales. Cet écart est dû au fait que 8 racines nerveuses sortent des vertèbres cervicales
  • Thoracic 12 vertèbres et 12 racines
  • Lombaire – 5 vertèbres et 5 racines nerveuses
  • Sacré – 5 vertèbres et 5 racines nerveuses

Les segments de la moelle épinière ne sont pas nécessairement situés aux mêmes niveaux vertébraux. Cela a été causé par une différence de hauteur vertébrale et de hauteur du segment vertébral. Ainsi, alors que le premier segment rachidien cervical se trouve dans la vertèbre C1, le cordon T12 vient se situer au niveau de la vertèbre T8.

De même, l’ensemble du segment rachidien lombaire se situe entre les vertèbres T9 et T11 et le cordon sacré est entre les vertèbres T12 à L2.

Cours des racines vertébrales

La racine vertébrale C1 sort de la colonne vertébrale à la jonction atlanto-occiput. La racine C2 sort à l’axe atlantique. Les racines C3 sortent entre C2 et C3. La racine C8 sort entre C7 et T1.

La première racine thoracique ou T1 sort de la moelle épinière entre les corps vertébraux T1 et T2. La racine T12 sort de la moelle épinière entre T1 et L1. La racine L1 sort de la moelle épinière entre les corps L1 et L2. La racine L5 sort du cordon entre les corps L1 et S1.

Relation des segments vertébraux et vertébraux – Niveau vertébral vs niveau vertébral

  • Les deux premiers segments de la moelle cervicale correspondent approximativement aux deux premiers niveaux vertébraux cervicaux.
  • Les segments C3 – C8 de la moelle épinière sont situés entre les niveaux vertébraux osseux C3 à C7.
  • De même, dans la moelle épinière thoracique, les deux premiers segments de la moelle thoracique correspondent à peu près aux deux premiers niveaux vertébraux thoraciques.
  • Cependant, les segments de cordon T3 à T12 sont situés entre T3 et T8. Les segments du cordon lombaire sont situés aux niveaux T9 à T11 tandis que les segments sacrés sont situés de T12 à L1. L’extrémité de la moelle épinière ou du conus est située au niveau vertébral L2. En dessous de L2, il n’y a que des racines vertébrales, appelées cauda equina .

Un calcul approximatif peut être effectué comme suit pour obtenir une relation entre le niveau vertébral et segmentaire.

  • À partir de la vertèbre C2-C6, ajoutez 1 pour obtenir le niveau du segment vertébral
  • À partir de la vertèbre T1-T6, ajoutez 2 pour obtenir le niveau du segment vertébral
  • À partir des vertèbres T7-T9, ajoutez 3 pour obtenir le niveau du segment vertébral
  • Les vertèbres T10-T12 ont l’ensemble des segments lombaires
  • La vertèbre L1 a des segments sacrés et coccygiens
  • À partir de L2, cauda equina

Niveaux de lésions de la moelle épinière par région

Lésion cervicale élevée (C1 – C4)

  • La plus grave des lésions de la moelle épinière
  • Conduit à la quadriplégie et à la paralysie du tronc peuvent également affecter la respiration et le patient peut avoir besoin d’un ventilateur.
  • Le patient peut avoir des problèmes d’élocution, une incontinence vésicale et intestinale et aurait toujours besoin d’aide si aucune récupération ne se produit.
  • Les patients peuvent utiliser un fauteuil roulant électrique contrôlé par le menton ou la respiration.
  • Les patients peuvent également contrôler les appareils adaptatifs pour les interrupteurs d’éclairage, les commandes de lit, les téléviseurs et ainsi à l’aide d’appareils adaptatifs. Ils auront besoin de l’aide d’un soignant pour la plupart ou la totalité de leurs besoins quotidiens.

Lésion cervicale basse (C5 – C8)

  • Ce niveau de lésion médullaire implique des racines nerveuses C5 à C8.
  •   Il n’y aurait pas de problèmes de respiration ou d’élocution
  • L’invalidité dépend du niveau de blessure à la colonne vertébrale

C5

La blessure C5 doit avoir une paralysie partielle ou totale des poignets, des mains, du tronc et des jambes, nécessitera de l’aide pour la plupart des activités de la vie quotidienne, mais peut se déplacer d’un endroit à un autre de manière autonome dans un fauteuil roulant.

Ces patients sont capables de fléchir leurs coudes. Ils peuvent apprendre à se nourrir et à se soigner à l’aide d’appareils et accessoires fonctionnels.

Lire La Suite  Comment se débarrasser naturellement des poils et des bosses pubiens incarnés

Avec de l’aide supervisée, ils peuvent habiller le haut de leur corps et changer de position au lit. Ces patients peuvent utiliser un fauteuil roulant électrique équipé de commandes manuelles.

Ces patients ont besoin d’aide pour les transferts du lit au fauteuil, etc., ainsi que pour l’assistance à la gestion de la vessie et des intestins. Le bain et l’habillage, en particulier dans la partie inférieure, nécessitent également une assistance.

Ils sont capables de conduire pour conduire un véhicule équipé de commandes manuelles.

C6

Cela entraîne des blessures C6 – La paralysie des mains, du tronc et des jambes doit pouvoir plier les poignets vers l’arrière, peut entrer et sortir du fauteuil roulant et du lit avec l’aide / l’aide, aucun contrôle volontaire des intestins / de la vessie, mais peut gérer son posséder avec un équipement spécial.

Ces personnes peuvent utiliser des coudes et des écritures et sont capables de saisir des objets avec support.

Certains sont capables de se transférer sans aide en utilisant une planche à glissière.

Ils peuvent apprendre à se nourrir, se toiletter et se baigner à l’aide de dispositifs d’assistance, sont capables de conduire des véhicules spéciaux.

C7

La plupart ont un mouvement normal des épaules, peuvent faire la plupart des activités de la vie quotidienne, mais ont besoin d’aide pour des tâches plus difficiles, peuvent être capables de conduire un véhicule adapté, pas de contrôle volontaire des intestins ou de la vessie mais, peuvent être capables de se débrouiller seuls avec un équipement spécial.

C8

Blessure C8 – Capable de saisir et de libérer des objets, peut faire la plupart des activités de la vie quotidienne par lui-même, mais peut avoir besoin d’aide pour des tâches plus difficiles, peut également être capable de conduire un véhicule adapté, peu ou pas de contrôle volontaire des intestins ou de la vessie, mais peut être en mesure de gérer lui-même avec un équipement spécial

Lésion thoracique supérieure (T1 – T5)

Ces niveaux de lésions de la moelle épinière affectent les muscles du haut de la poitrine, du milieu du dos et de l’abdomen. La fonction des bras et des mains est généralement normale, une paraplégie est présente. Les patients peuvent utiliser un fauteuil roulant manuel. Certains peuvent se tenir debout, tandis que d’autres peuvent marcher avec des bretelles.

Lésion thoracique inférieure (T6 – T12)

Ce niveau de lésion de la moelle épinière affecte les muscles du tronc, entraîne généralement une paraplégie et il y a des mouvements normaux du haut du corps, il y a peu ou pas de contrôle volontaire des intestins ou de la vessie, mais peut se débrouiller seul avec un équipement spécial, peut utiliser un fauteuil roulant manuel , apprenez à conduire une voiture modifiée, tenez-vous debout, tandis que d’autres peuvent marcher avec des attelles.

Lésion lombaire (L1 – L5)

Ceux-ci entraînent généralement une certaine perte de fonction au niveau des hanches et des jambes. Peu ou pas de contrôle volontaire des intestins ou de la vessie, mais peut se débrouiller seul avec un équipement spécial. Selon la force des jambes, peut avoir besoin d’un fauteuil roulant et peut également marcher avec des bretelles

Lésion sacrée (S1 – S5)

Les blessures entraînent généralement une perte de fonction des hanches et des jambes. Peu ou pas de contrôle volontaire des intestins ou de la vessie, mais peut se débrouiller seul avec un équipement spécial. Très probablement sera capable de marcher

Remarque : À toutes fins pratiques, chaque fois qu’une lésion de la colonne vertébrale est examinée, il est toujours bon de mentionner séparément les niveaux vertébral et vertébral lésés.

S’ils correspondent grosso modo, le niveau a été déterminé. s’ils ne correspondent pas vraiment, quelque chose aurait pu être manqué. Il pourrait y avoir une autre lésion ou un œdème du cordon.

La corrélation entre le niveau de lésion de la moelle épinière et d’éventuels déficits a déjà été discutée. Cet article se concentre sur les capacités fonctionnelles après des blessures à la colonne vertébrale à différents niveaux, ce qui signifie ce que la patiente est censée faire et ce qu’elle ne pourrait pas faire après la blessure.

En l’absence de complications médicales, le facteur le plus important d’incapacité fonctionnelle est la quantité de puissance musculaire restante pour l’individu.

 

Cependant, certains facteurs peuvent affecter le résultat fonctionnel. Les facteurs les plus importants sont le spasme, la nature des escarres, la motivation insuffisante, la déformation, l’incontinence urinaire et fécale.

Nous discuterions de sept niveaux critiques de blessures qui sont

  • C5
  • C6
  • C7
  • T1
  • T6
  • T 12
  • L4

Nous commencerions par C5 et descendrions.

Le niveau mentionné indique le niveau épargné

Tableau des activités possibles à différents niveaux

Capacités fonctionnelles après une lésion médullaire à différents niveaux

Capacités fonctionnelles C5

Le patient en dessous de C5 [C5 est épargné] a des innervations complètes des muscles trapèze, sternocléidomastoïdien et paravertébral supérieur.

Le patient peut stabiliser et faire pivoter son cou.

Le patient peut également élever et faire pivoter extérieurement les omoplates.

Les rhomboïdes, les deltoïdes et tous les principaux muscles de la coiffe des rotateurs sont toujours fonctionnels, bien qu’ils soient partiellement innervés [d’après C6].

Ces muscles peuvent fournir une adduction scapulaire, un abduction articulaire gléno-humérale, une rotation interne et externe, une flexion et une extension de l’épaule.

Cependant, l’épaule n’est pas en mesure d’effectuer une forte dépression, flexion, protraction et adduction.

Mais on a vu qu’en l’absence de mouvements principaux des épaules [muscles latissimus, pectoralis et serratus] et une innervation incomplète des stabilisateurs empêchent le reste de devenir fonctionnel.

La flexion du coude est présente car le biceps et le brachioradial restent partiellement innervés.

Il n’y a pas de fonction musculaire dans la main ou le poignet.

Lire La Suite  La dépendance aux analgésiques peut avoir de graves effets secondaires

Le patient est incapable de se retourner ou de s’asseoir dans le lit.

Dans certains cas, elle peut manger à l’aide d’appareils manuels spéciaux.

Le patient est incapable de pousser le fauteuil roulant.

L’endurance est faible en raison de la réserve respiratoire réduite.

Le patient ne peut pas déambuler et est confiné dans un fauteuil roulant. Elle a besoin d’un accompagnateur à vie qui aiderait à prendre soin de lui-même, à soulever et à transporter sur une chaise arrière.

Les accoudoirs amovibles, les repose-pieds amovibles pivotants et le dossier amovible facilitent les changements de vitesse.

Un lit d’appoint pour les soins. Il s’agit d’un lit avec un cadre en trois sections mobiles équipées de pièces de ressort mécaniques qui permettent de soulever l’extrémité de la tête, l’extrémité du pied ou le milieu selon les besoins.

La planche inclinable est utilisée pendant une heure par jour pour maintenir le tonus vasculaire et la densité osseuse pour compenser l’incapacité à se tenir debout.

Le patient avec une blessure de C% n’est pas en mesure de gagner sa vie en utilisant ses mains.

Capacités fonctionnelles C6

Par rapport à C5, une augmentation fonctionnelle substantielle se produit au niveau C6. La coiffe des rotateurs de l’épaule devient entièrement innervée tandis que les dentelures serratus, latissimus et pectoralis major reçoivent des innervations partielles mais importantes. L’approvisionnement nerveux des biceps devient complet. Les muscles apparaissent au niveau du poignet en particulier extenseur radial du carpe et parfois fléchisseur radial du carpe.

Il y a une bonne rotation et abduction de l’articulation gléno-humérale.

Lorsque les moteurs principaux fonctionnent, une véritable adduction, flexion, extension et protraction scapulaire sont possibles.

Cependant, comme l’apport nerveux des moteurs principaux n’est que partiel, la force varie.

La réserve respiratoire serait encore faible.

Le biceps et le brachioradialis assurent une forte flexion. L’extenseur et les fléchisseurs du poignet et les extenseurs du poignet pourraient utiliser l’élasticité restante des fléchisseurs pour fournir une fermeture faible de la main.

Cependant, des dispositifs manuels plus élaborés sont nécessaires.

Même en l’absence de prise, le patient peut profiter des fléchisseurs du coude pour s’asseoir indépendamment.

Le retournement dans le lit est autorisé par la force des épaules.

Mais le patient ne peut pas se déplacer dans le lit en position allongée sans aide.

Un accompagnateur est essentiel pour soulever le patient vers et depuis le fauteuil roulant.

Le patient peut être en mesure de se nourrir à l’aide d’appareils manuels. Elle peut effectuer une partie de ses activités de toilette et d’habillage.

Mais le patient ne peut pas être qualifié d’indépendant dans ses soins personnels. L’utilisation du lit Gatch et de la planche inclinable est recommandée.

L’ambulation n’est pas possible et le patient est confiné au fauteuil roulant mais peut propulser son propre fauteuil roulant sur un sol lisse et nivelé.

La prise est absente mais elle utilise pour cela des fléchisseurs du coude et des adducteurs d’épaule.

Le patient n’est pas en mesure de faire un travail avec les mains, même si certains peuvent développer des compétences suffisantes pour utiliser spécialement

certains peuvent utiliser des machines spécialement adaptées.

Capacités fonctionnelles C7

Le patient avec C7 épargné a trois ajouts importants

  • Triceps
  • Extenseurs des doigts communs
  • Fléchisseurs des doigts longs

L’innervation primaire pour chacun de ces groupes varie entre C7 et C8.

Le triceps est particulièrement fort, car les innervations atteignent C6.

Cela permet au patient de stabiliser le coude en extension et peut aider à soulever le poids corporel.

Les extenseurs et les fléchisseurs des doigts offrent une prise et une libération mais pas puissants.

Comme les muscles intrinsèques de la main ne sont pas encore considérablement innervés, la main manque de force et de dextérité.

Le patient est plus indépendant dans son lit et son fauteuil roulant que les patients C6.

Des personnes exceptionnelles peuvent être en mesure de faire la transition vers l’indépendance en fauteuil roulant.

Ces patients peuvent se retourner, s’asseoir dans le lit et se déplacer en position assise.

Une assistance est nécessaire pour soulever le bassin en position allongée, comme pour mettre le pantalon.

La plupart des patients ont besoin d’aide pour se déplacer vers et depuis le fauteuil roulant, mais l’aide n’est qu’une poussée d’assistance qu’un véritable soulèvement.

Une certaine assistance est requise pour les activités de toilette et d’habillage.

Manger peut se faire indépendamment.

S’ils sont correctement renforcés, certaines lésions C7 sont capables de se déplacer avec des béquilles dans une certaine mesure. Les doigts permettent de saisir les béquilles et les triceps assurent la stabilité du coude.

Pour maintenir la posture droite, le patient a besoin de longs appareils orthopédiques avec la bande pelvienne et un attachement vertébral élevé.

La seule démarche indépendante possible est la démarche «glisser vers».

Dans la mesure où l’application d’appareils orthopédiques et la position debout ne peuvent se faire sans une grande assistance, ce type de déambulation ne peut pas être considéré comme fonctionnel.

Le tétraplégique C7 est toujours confiné à un fauteuil roulant, a besoin d’un préposé à temps partiel et, dans de nombreux cas, à temps plein. L’endurance est affectée par une faible réserve respiratoire.

Les professions nécessitant l’utilisation des mains sont plus réalisables car les fléchisseurs des doigts et les extenseurs sont fonctionnels.

Le type de travail est limité par la faiblesse de la compréhension. Les activités impliquant une prise serrée telles ne sont pas recommandées.

Les vacances possibles incluent la tenue de livres, les services téléphoniques et la miméographie ou la dactylographie.

Capacités fonctionnelles T1

Patient chez qui T1 est épargné par une lésion complète sous forme d’innervations complètes de la musculature du membre supérieur, y compris les muscles intrinsèques essentiels de la main.

Ce patient aurait de la force, de la dextérité et une musculature proximale entièrement innervée.

Lire La Suite  Folliculite

Étant donné que le côté ulnaire du poignet est maintenant complètement approvisionné en sang, la marche de la béquille est mieux contrôlée.

Le patient n’a toujours pas la stabilité du tronc, une réserve respiratoire d’origine intercoastale et une fixation du tronc [requis pour les principaux moteurs de l’extrémité supérieure]

Le patient est fonctionnel dans les activités au lit. Elle peut se déplacer de et vers le fauteuil roulant sans aide, nécessitant parfois de l’aide.

Le patient T1 est indépendant dans toutes les activités d’autosoins, à l’exception de celles qui nécessitent de soulever le corps en position allongée.

Le patient est capable de se porter à l’aide de béquilles avec une traînée ou un swing à la démarche.

En raison du renforcement complet du corps, atteindre une position droite est laborieux et nécessite de l’aide. La déambulation ne peut donc pas être considérée comme fonctionnelle et un fauteuil roulant bien adapté est essentiel. Le patient peut effectuer des travaux confinés à la maison nécessitant l’utilisation de la main. Certains patients développent un équilibre assis suffisant pour conduire une voiture à commande manuelle, mais le transfert depuis et vers la voiture peut nécessiter une assistance.

Capacités fonctionnelles du T6

Le paraplégique T6 a un contrôle complet de la musculature thoracique et des membres supérieurs, stabilisé contre une ceinture pectorale bien coordonnée, y compris les intercostaux, les longs muscles du haut du dos et les throracis transverses.

Le patient a une prise serrée, soutenue par une musculature proximale qui à son tour est stabilisée contre le thorax.

Des innervations intercostales supplémentaires aident à augmenter la réserve respiratoire.

Tous ces facteurs se traduisent par de meilleurs soins personnels, suffisamment pour assurer l’indépendance dans toutes les phases des soins personnels.

Même l’application d’un contreventement complet du corps devient possible car le patient peut stabiliser adéquatement ses membres supérieurs pour les utiliser pour soulever le bassin lors de l’application d’appareils orthopédiques.

Le patient peut transférer indépendamment dans et hors du fauteuil roulant en utilisant une solide ceinture pectorale et des triceps.

Le patient n’a généralement besoin d’aucun accompagnateur, mais l’adaptation et la personnalisation d’un fauteuil roulant peuvent être nécessaires.

Le patient est armé d’une attache rachidienne basse, d’une bande pelvienne et de deux appareils orthopédiques longs.

Avec ces accolades, le patient est capable de se tenir debout pendant des périodes indéfinies. Elle est également capable de déambuler avec une balançoire à travers la porte. L’ambulation est limitée par la réalisation lente et laborieuse de la position droite.

Des barres de porte, des barres parallèles ou de décrochage sont prescrites pour aider à se mettre en position droite.

Même si la déambulation n’est pas très fonctionnelle, le patient est encouragé à rester debout pendant au moins une heure par jour. L’utilisation d’une planche inclinable n’est pas requise.

Pour ceux qui sont à l’aise en position debout, des appareils spéciaux de travail debout peuvent être envisagés.

Le patient est incapable de faire des activités d’élévation car la hanche et le genou sont verrouillés et toutes les activités d’élévation doivent être accomplies par un push-up pur dans la ceinture scapulaire.

Cette poussée n’est adéquate chez la plupart des patients que pour la montée des escaliers très bas avec une main courante mais pas les escaliers standard de 20 cm, rendant ainsi les transports en commun impossibles.

Le travail à l’extérieur du domicile peut être atteint en voiture privée avec chauffeur ou avec chauffeur. La plupart des patients T6 ont un équilibre assis suffisant pour conduire une voiture à commande manuelle.

Le patient peut passer du fauteuil roulant à la voiture.

Capacités fonctionnelles du T12

Ce patient a une innervation complète du rectus abdominis, des muscles obliques de l’abdomen, des abdominaux transverses et de tous les muscles du thorax.

Comme les innervations lombaires sont absentes, les muscles du bas du dos sont faibles. Il en va de même pour les haltères primaires, c’est-à-dire le quadratus lumborum et les muscles érecteurs inférieurs. La randonnée de la hanche peut être accomplie par les randonneurs secondaires de la hanche, à savoir les obliques internes et externes et le latissimus dorsi.

Pour la déambulation, le patient est armé d’appareil orthopédique bilatéral à longues jambes et peut ou peut avoir besoin d’une bande pelvienne, selon ses compétences. Le patient peut utiliser une alternance à deux points ou quatre points ou se balancer à travers la démarche selon sa convenance. En utilisant ces allures, elle peut se déplacer librement sur des surfaces raisonnablement rugueuses, négocier des bordures ainsi que des escaliers de 200 mm [obtenus par inclinaison pelvienne] avec des mains courantes. Cela permettrait également l’utilisation des transports en commun.

Les patients T 12 ont très peu de limitations dans les emplois sédentaires ou semi-sédentaires hors domicile.

Le fauteuil roulant du patient doit être personnalisé selon les besoins.

Capacités fonctionnelles L4

Le patient présentant une lésion inférieure à L4 bénéficie de l’assistance fonctionnelle du quadratus lumborum, des érecteurs vertébraux, des quadriceps et des fléchisseurs primaires de la hanche. La cheville reste fléau.

Une orthèse de jambe longue devient inutile en raison de l’extension du quadriceps. La cheville de fléau peut être soutenue par une orthèse de jambe courte.

La démarche du patient est une démarche bilatérale maximus-médius avec le handicap supplémentaire des chevilles de fléau. La lordose lombaire et le genu recurvatum peuvent se développer à mesure que le bassin étendu et le genou étendu deviennent nécessaires pendant la marche.

Des béquilles sont prescrites pour prévenir les effets à long terme bien que le patient puisse marcher sans elles.

Le patient est indépendant dans toutes les phases d’autosoins et de déambulation. Un fauteuil roulant peut être un ajout pratique à la maison ou au travail.

  • Leave Comments