Tests de cortisol (sang, urine, salive)

Le cortisol est une hormone glucocorticoïde produite par le cortex des glandes surrénales. Il a diverses fonctions influençant le métabolisme des nutriments, les processus inflammatoires dans le corps et l’immunité. La sécrétion de cortisol est régulée par la présence de l’hormone adrénocorticotropine (ACTH) qui est sécrétée par l’hypophyse antérieure (glande pituitaire). Ceci est à son tour régulé par le facteur de libération de corticotropine (CRF) sécrété par l’hypothalamus. Lorsque les taux de cortisol dans le sang sont faibles, l’hypothalamus est stimulé pour sécréter du CRF qui agit ensuite sur l’hypophyse antérieure pour libérer de l’ACTH. L’ACTH atteint ensuite la glande surrénale via la circulation sanguine et la stimule à sécréter du cortisol. Si les niveaux de cortisol sont élevés, la sécrétion de CRF diminue, tout comme l’ACTH.

 

Des niveaux élevés de cortisol sont observés dans le syndrome de Cushing tandis que de faibles niveaux de cortisol sont observés avec une insuffisance surrénalienne. Il existe divers troubles similaires de la glande surrénale, de l’hypophyse ou de l’hypothalamus qui peuvent également être responsables de taux élevés ou faibles de cortisol. Le niveau de cortisol circulant dans le sang fluctue au cours d’une période de 24 heures. Il est le plus élevé vers 8 heures du matin et le plus bas vers minuit.

Types de tests de cortisol pour le dépistage et le diagnostic

Les tests de cortisol sont utilisés pour mesurer le niveau de cortisol dans le sang. Il existe trois méthodes principales pour tester les niveaux de cortisol, notamment un test sanguin, un test d’urine et un test de salive.

Test sanguin de cortisol

Le sang est généralement prélevé du bras (veine) vers 8 heures du matin et de nouveau à 16 heures. Un autre échantillon peut à nouveau être prélevé tard dans la soirée. Un seul échantillon du matin peut être suffisant pour évaluer si le niveau maximal de cortisol est proche des niveaux maximaux normaux. Cependant, plusieurs échantillons à des périodes différentes permettront de suivre les variations attendues des taux de cortisol.

Test d’urine de cortisol

Un test d’urine de cortisol nécessite un échantillon d’urine de 24 heures. Cela signifie que l’urine est collectée tout au long d’une période de 24 heures dans un bocal et envoyée pour des tests afin d’évaluer les niveaux de cortisol libre. Un échantillon d’urine de 24 heures ne permet pas d’évaluer les variations normales du cortisol au cours de la journée. Parfois, un seul échantillon d’urine prélevé le matin peut être utilisé pour détecter des niveaux inférieurs à la normale de cortisol alors qu’il est censé être à son apogée.

Test de salive de cortisol

Le test de salive n’est pas fréquemment utilisé. Les patients recueillent un échantillon de salive entre 23 heures et minuit, lorsque les taux de cortisol devraient être au plus bas dans la période de 24 heures. L’échantillon est ensuite envoyé pour test et idéalement plusieurs échantillons doivent être utilisés. Une mesure du cortisol salivaire tard dans la nuit est pratique pour le dépistage et le diagnostic du syndrome de Cushing. Cependant, d’autres tests doivent également être effectués pour confirmer le diagnostic.

Test de suppression de la dexaméthasone

Ce test consiste à administrer à un patient un glucocorticoïde synthétique appelé dexaméthasone. La dexaméthasone dans le sang devrait normalement faire baisser les taux d’ACTH et donc les taux de cortisol. Cela aidera à déterminer si des niveaux élevés de cortisol sont liés à l’ACTH. Il existe trois types de tests de suppression de la dexaméthasone:

  • Suppression de la dexaméthasone à faible dose pendant la nuit : 1 mg de dexaméthasone (par voie orale) à minuit avec prise de sang entre 8 h et 9 h
  • Suppression de la dexaméthasone à faible dose pendant 48 heures: 0,5 mg toutes les 6 heures pendant 48 heures avec un échantillon d’urine de 24 heures le deuxième jour et un test sanguin de 8 à 9 heures après le deuxième jour.
  • Suppression de la dexaméthasone à haute dose pendant 48 heures: 2 mg toutes les 6 heures pendant 48 heures avec un échantillon d’urine de 24 heures avant le test et le deuxième jour du test.

Test de l’hormone de libération de la corticotropine (CRH)

Ce test implique l’administration intraveineuse de l’hormone de libération de corticotropine (CRH) et la surveillance des taux sanguins d’ACTH et de cortisol pendant deux heures. La CRH devrait augmenter les niveaux d’ACTH, ce qui devrait ensuite augmenter les niveaux de cortisol.

Une variante de ce test connue sous le nom de test de dexaméthasone-CRH est effectuée pour faire la distinction entre le syndrome de Cushing et le syndrome pseudo-Cushing . Cela implique la même administration de médicament que la dexaméthasone à faible dose de 48 heures avec CRH puis administrée par voie intraveineuse après la dernière dose de dexaméthasone par voie orale (après la 8e dose). Les taux d’ACTH et de cortisol dans le sang sont surveillés toutes les 15 minutes pendant 1 heure.

Test de stimulation ACTH

Les taux sanguins de cortisol et d’aldostérone sont d’abord pris. L’ACTH synthétique (0,25 mg) est administré par injection intramusculaire (IM) ou intraveineuse (UV). Les niveaux de cortisol et d’aldostérone sont à nouveau mesurés 30 minutes plus tard ou parfois 60 minutes plus tard.

Tests de cortisol élevé

Si le syndrome de Cushing est suspecté, les tests suivants peuvent d’abord être effectués pour confirmer le diagnostic.

Demandez à un médecin en ligne maintenant!

Tout d’abord, un test de suppression de la dexaméthasone à faible dose pendant une nuit est effectué. Si le test n’exclut pas le syndrome de Cushing, un test de suppression de la dexaméthasone à faible dose de 48 heures est effectué.

Si les deux tests confirment alors le syndrome de Cushing, il est important de vérifier s’il est dépendant de l’ACTH ou indépendant de l’ACTH. À ce stade, le test de dexaméthasone-CRH peut être effectué pour exclure le syndrome pseudo-Cushing, en particulier chez les patients alcooliques ou déprimés.

L’ACTH plasmatique (ACTH dans le sang) est ensuite testée et si elle est détectable, indiquant éventuellement un syndrome de Cushing dépendant de l’ACTH, un test CRH et un test de suppression de la dexaméthasone à haute dose de 48 heures doivent être effectués. Si l’ACTH plasmatique est indétectable, indiquant un possible syndrome de Cushing indépendant de l’ACTH, les glandes surrénales doivent être analysées pour détecter d’éventuels adénomes (la cause la plus fréquente du syndrome de Cushing indépendant de l’ACTH).

Tests de faible cortisol

Si la maladie d’Addison est suspectée, le test de stimulation ACTH peut être effectué pour confirmer le diagnostic. L’administration d’ACTH devrait augmenter le taux de cortisol de 2 à 5 fois le niveau de base en 30 minutes. Les niveaux d’aldostérone augmentent également pendant cette période bien que l’ACTH ne soit pas le principal stimulant de la sécrétion d’aldostérone.

Des niveaux dangereusement bas de cortisol peuvent être observés lors d’une crise surrénalienne. Le patient a souvent des antécédents d’insuffisance surrénalienne et les taux sanguins de cortisol suffisent à eux seuls à déclencher un traitement par hydrocortisone ou prednisone (corticostéroïdes). En cas d’incertitude, la dexaméthasone peut être administrée et les niveaux de cortisol testés à nouveau après 24 à 36 heures.

 

Lire La Suite  Crampes aux jambes la nuit: causes, prévention et traitement
  • Leave Comments