Radiographies normales du genou

Le genou est une articulation porteuse importante du membre inférieur. Des radiographies du genou sont effectuées pour évaluer la pathologie de l’articulation du genou.

Les vues antéropostérieure et latérale du genou sont les radiographies du genou les plus courantes.

La vue Skyline est généralement utilisée pour évaluer l’articulation fémoro-patellaire et l’alignement rotule-condylien.

Des radiographies du genou en position portante sont prises pour étudier l’alignement des structures du genou en position portante. D’autres radiographies font partie de la série de genoux qui est généralement utilisée pour évaluer le traumatisme au genou [la série comprend également AP, latérale et skyline]

Repères anatomiques sur les radiographies du genou

Avant de passer à des radiographies normales du genou, il est important que nous nous familiarisions avec l’anatomie du genou.

[En savoir plus sur l’ anatomie du genou ]

Aux rayons X, une partie de l’articulation du genou est étiquetée.

Voici les points de repère sur les vues ap et latérales des rayons X.

D’abord la vue AP.

Radiographie du genou normal antéropostérieur, crédit image: Wikiradiographie

Voici la vue latérale.

Radiographie latérale du genou normal, crédit image: Wikiradiographie

Voir aussi radiographie du genou (une approche) .

Indications des radiographies du genou

  • Traumatisme
    • Tendresse osseuse à la tête du péroné
    • sensibilité de la rotule isolée
    • patient incapable de fléchir le genou à 90 degrés
    • si le patient est incapable de peser l’ours
  • arthrose présumée
  • détecter les épanchements articulaires
  • infection

Ottawa règle les radiographies du genou en cas de traumatisme

Les règles d’Ottawa stipulent qu’une radiographie du genou n’est requise que pour les patients souffrant de blessures au genou présentant l’une des caractéristiques suivantes:

– 55 ans et plus.
– Sensibilité isolée de la rotule (pas de sensibilité osseuse du genou autre que la rotule).
– Tendresse à la tête du péroné.
– Incapacité à fléchir à 90 degrés.
– Incapacité à porter du poids à la fois immédiatement et dans le service des urgences (c.-à-d., 4 étapes – incapable de transférer le poids deux fois sur chaque membre inférieur sans boiter).

Lire La Suite  7 signes de coup de chaleur et symptômes de danger

Projections standard pour les rayons X du genou

Vue antéropostérieure de la radiographie du genou

La vue antéropostérieure est une projection standard pour évaluer l’articulation du genou, le fémur distal, le tibia et le péroné proximaux et la rotule.

Elle est effectuée avec le patient couché sur la table avec l’articulation du genou et de la cheville en contact avec la table [jambe allongée] et il n’y a pas de rotation [externe ou interne].

[Pour référence de positionnement, le centre du genou se trouve à 1,5 cm distal de l’apex de la rotule.]

C’est la projection idéale pour évaluer le plateau tibial et l’alignement tibiofémoral

Vue latérale de la radiographie du genou

La radiographie latérale peut être effectuée

  • Vue latérale du faisceau horizontal ou vue latérale de la table croisée du genou
  • Survolez la vue latérale

Pour une poutre horizontale, vue transversale vue croisée, le genou affecté est légèrement fléchi [environ 30 °]. Le détecteur est placé contre le côté médial du genou et le faisceau est perpendiculaire. La vue latérale du faisceau horizontal est la projection idéale à évaluer dans un épanchement articulaire comme dans la lipohémarthrose, et nécessite peu ou pas de mouvement du patient; par conséquent, c’est la projection latérale de choix pour les blessures aiguës au genou.

Le survol de la vue latérale se fait en tournant le patient en position latérale sur le membre affecté et en fléchissant le genou pendant que le faisceau vient d’en haut.

  • vue latérale roulée
    • souvent pratiqué sur des patients alités avec suspicion d’arthrite
    • vue orthogonale de la projection AP
    • démontrer l’espace commun, mais sacrifie toute évaluation des niveaux de fluide

Vue d’horizon des rayons X du genou

Vue d’horizon du genou, Image -Wikiradiography

 

Vue d’horizon des rayons X du genou

Une vue d’horizon de la radiographie du genou est effectuée pour évaluer l’alignement de l’articulation fémoro-patellaire. Les vues de la ligne d’horizon sont effectuées en fléchissant le genou en maintenant le détecteur perpendiculaire à l’axe long du membre.

Lorsque le faisceau est dans une direction supérieure-inférieure, le détecteur est maintenu distal par rapport au genou [vue du marchand].

Lorsque le faisceau est inférieur à supérieur, le détecteur est maintenu à proximité du genou [vue Laurine].

Autres vues du genou

Vue AP portante

Ceci est particulièrement utile pour évaluer l’articulation du genou, le fémur distal, le tibia et le péroné proximaux et la rotule en situation porteuse.

Cette vue est souvent utilisée pour évaluer l’arthrose, où souvent des vues bilatérales sont effectuées, il n’est pas rare que la vue AP soit des genoux bilatéraux.

Lire La Suite  Bouche sèche - causes, effets, symptômes, traitement

Pour cela, le patient se tient droit contre le détecteur vertical avec l’articulation du genou et de la cheville en contact avec le détecteur. Les jambes sont allongées au maximum et les membres sont maintenus en rotation neutre

Le point de vue de Rosenberg

Cette vue est réalisée en projection portante et les genoux fléchis à 45 degrés et utilisée pour évaluer l’espace articulaire comme l’arthrose

Les contraintes maximales dans l’articulation du genou se situent entre 30 et 60 degrés de flexion et, par conséquent, les radiographies antéropostérieures standard en extension ne sont pas idéales pour évaluer la perte de cartilage. Cette vue résout ce problème.

La vue de Rosenberg est plus sensible et spécifique pour le rétrécissement de l’espace articulaire que les vues antéropostérieures porteuses d’extension classiques et est utile pour l’évaluation des genoux avec un changement dégénératif précoce.

Vue intercondylienne du genou

Vue intercondylienne du genou, Image: Wikiradiographie

Cette vue est souvent réalisée dans les traumatismes et l’arthrose pour démontrer l’espace intercondylien.

Cette vue se fait en fléchissant le genou à 45 à 50 degrés et en diffusant les rayons de la direction postérieure à la direction antérieure.

Cette radiographie montre la fosse intercondylienne, les condyles fémoraux, les plateaux tibiaux et l’éminence intercondylienne. Il peut montrer des signes de pathologie cartilagineuse osseuse, de défauts ostéochondraux ou de rétrécissement de l’espace articulaire.

Évaluation des rayons X normaux du genou

Vue antéropostérieure

Dans une vue correctement réalisée

  • Les condyles fémoraux et tibiaux doivent être symétriques
  • La tête du péroné est légèrement superposée au condyle tibial latéral. [La tête du péroné est une excellente indication de la rotation]
  • La rotule repose sur la partie supérieure de l’image et se superpose au fémur distal.

Évaluation d’image latérale

Une véritable projection latérale de faisceau horizontal aura la caractéristique suivante:

  • Superposition des condyles médial et latéral du fémur distal
  • Un espace articulaire fémoro-patellaire ouvert
  • Légère superposition de la tête fibulaire avec le tibia

Le condyle médial a un tubercule adducteur médial [voir ci-dessus] tandis que le condyle latéral a un sillon condylopatellaire latéral. [voir ci-dessous]. Leurs positions peuvent guider la rotation du membre.

Les coussinets adipeux péripatellaires doivent être assis côte à côte

Différenciation entre les condyles latéraux et médiaux sur la radiographie latérale légèrement tournée. Normalement, ils se superposent absolument. Crédit d’image: Wikiradiographie

 

Le genou est généralement considéré comme étant dans une véritable position latérale lorsque les aspects postérieurs des condyles fémoraux sont superposés.

La vue latérale montre l’articulation fémoro-patellaire, l’espace articulaire entre les condyles fémoraux et le tibia. Habituellement, le genou n’est pas fléchi au-delà de trente degrés.

Vue Skyline

  • La rotule doit être exempte de la superposition de toutes les structures osseuses
  • Visualisation claire de l’espace articulaire fémoro-patellaire
Lire La Suite  26 remèdes maison faciles pour se débarrasser du nez bouché

Mesures aux rayons X du genou

 Alignement tibio-fémoral

Tracez une ligne le long de la marge latérale du condyle fémoral latéral. Le tibia normal n’est pas à plus de 5 mm en dehors de la ligne

Congruence conjointe

Dans une articulation normale du genou, les contours fémoral et tibial sont parallèles. En cas de blessure ou de réduction de l’espace, la congruence articulaire est affectée.

Le plateau tibial est soigneusement évalué pour toute anomalie.

Rapport Insall-Salvati modifié

Il indique la position de la rotule et est vérifié sur une radiographie latérale du genou fléchie à 30 degrés. Les longueurs suivantes sont mesurées

  • A – distance entre la marge inférieure de la surface articulaire rotulienne (dans le rapport Insall Salvati d’origine, la mesure était jusqu’au pôle inférieur de la rotule elle-même) jusqu’à l’insertion du tendon rotulien
  • B – Longueur de la surface articulaire rotulienne (voir schéma).

Rapport Insall-Salvati modifié = A / B

La valeur normale est d’environ 1,25.

> 2 indique la rotule alta.

Rayons X du genou chez les enfants

Les rayons X chez les enfants peuvent prêter à confusion en raison des différentes étapes de l’ossification à différents âges de la vie.

L’ossification du fémur, du tibia, du péroné et de la rotule est un processus qui commence in utero et se poursuit jusqu’à l’âge de 18 ans.

Le fémur distal commence alors à s’ossifier à 3-6 mois. A la naissance, l’épiphyse distale fémorale est dans un plan transversal. La marche et d’autres forces lui donnent son aspect ondulé.

La physis fémorale distale fusionne à 14-16 ans chez les filles et 16-18 ans chez les garçons.

La rotule commence à s’ossifier à l’âge de 3 à 5 ans. La rotule a entre 1 à 3 centres d’ossification. Les centres d’ossification accessoire sont les plus courants dans l’aspect superolatéral de la rotule. Ces centres d’ossification accessoires sont la cause de la rotule bipartite et peuvent facilement être confondus avec des fractures ou une rotule bipartite réelle .

La rotule fusionne enfin à la fin de l’adolescence.

Le centre de l’épiphyse supérieure du tibia apparaît vers 34 semaines de gestation. Vers l’âge de 8 ans, un deuxième centre d’ossification proximal apparaît qui forme la tubérosité tibiale et fusionne vers l’âge de 17 ans. Ces deux centres d’ossification secondaires peuvent être confondus avec des fractures

Le péroné commence l’ossification à la 8e semaine de gestation avec 3 centres de croissance, un central et un à chaque extrémité de l’os. L’épiphyse proximale se calcifie un peu plus tard vers l’âge de 4 ans. La fermeture des deux plaques de croissance se produit au début des années 20.

  • Leave Comments