Qu’est-ce que la phonophobie ou la peur des bruits forts et comment est-elle traitée?

La phonophobie est le nom de la peur des bruits forts. Il existe plusieurs autres termes utilisés pour cela, notamment sonophobie, ligyrophobie et acoustophobie. Tous ces termes sont liés aux termes «bruit fort, son ou alarme». Il peut toucher des personnes de tous les groupes d’âge, des enfants aux adultes.

Les alarmes sont largement utilisées dans les systèmes de sécurité pour signaler tout accès non autorisé ou intrus. Ils font partie de notre routine car nous installons des alarmes dans les montres et les mobiles pour nous réveiller tôt. Pour les personnes normales, une alarme provoque une panique temporaire qui ne dure pas plus de quelques secondes. Dans le cas de personnes souffrant de phonophobie ou ayant peur des bruits forts, le son peut les rendre fous et ils sont incapables de réagir correctement à la situation.

Phonophobie ou peur des bruits forts et de l’hyperacousie

La phonophobie ou la peur des bruits forts fait référence à une condition dans laquelle une personne montre une peur persistante et injustifiée des sons. Les sons sont normaux dans notre routine car nous les entendons partout, y compris dans la cuisine, les séminaires, le bruit des portes qui claquent, etc. et aucun d’entre eux n’est menaçant. Cependant, les personnes souffrant de phonophobie ou ayant peur des bruits forts ne peuvent pas supporter ces sons forts. Certains experts estiment également que cette situation peut également être confondue ou même liée à l’hyperacousie, qui fait référence à une réaction anormale extrême au son.

Phonophobie ou peur des bruits forts et autres troubles

Une personne réagissant anormalement au son peut également être une indication de certains autres troubles comme la misophonie et l’hyperacousie, qui sont dus à une sensibilité accrue au bruit. Ces conditions peuvent survenir sans cause explicable ou peuvent survenir en raison du  syndrome d’Asperger ou de la maladie de Ménière . Ainsi, il est fortement recommandé de consulter votre médecin et de faire diagnostiquer votre condition physique. Les cas habituels de phonophobie ou de peur des bruits forts peuvent être facilement traités, mais d’autres conditions nécessiteraient des soins particuliers et d’autres traitements. Un médecin doit travailler en coordination avec un professionnel de la santé mentale pour déterminer les meilleures options de traitement dans de tels cas.

Phonophobie ou peur des bruits forts chez les jeunes enfants

Il est courant d’avoir plusieurs types de peurs pendant l’enfance et la plupart des peurs disparaissent d’elles-mêmes à mesure que l’enfant grandit. La peur des bruits forts ne fait que faire partie des autres peurs chez les enfants. Cependant, cette peur peut parfois se transformer en phonophobie ou en peur des bruits forts, même dans le cas de petits enfants qui peuvent les hanter tout au long de la vie. Ainsi, il est nécessaire de se référer à un professionnel de la santé mentale si la peur du son existe depuis plus de six mois chez l’enfant.

Phonophobie ou peur des bruits forts chez les adultes

La peur du son peut sembler très ridicule et donc la plupart des adultes ou des adolescents ont tendance à éviter de partager leur état pour se sauver de l’embarras. La phonophobie ou la peur des bruits forts font qu’il est plus difficile pour une personne de passer du temps de qualité avec des amis au restaurant ou au bar, de travailler dans des environnements bruyants ou même de marcher dans une rue animée. Les adolescents peuvent avoir des difficultés dans leurs études car ils sont incapables de se concentrer en classe et de passer du temps avec des amis dans un environnement bruyant. Cela les oblige à rester isolés et à l’écart du bruit.

Dans le cas de certaines personnes, la phonophobie ou la peur des bruits forts peuvent également empêcher une personne de dormir et de rester seule dans l’obscurité, car même les petits bruits peuvent être très dérangeants et ennuyeux.

Causes de la phonophobie ou peur des bruits forts

La phonophobie ou la peur des bruits forts peuvent être causées directement ou en tant que symptôme d’une affection sous-jacente.

La peur des sons forts vient naturellement chez les êtres humains. Les sons forts et aigus peuvent déclencher une réaction instantanée pour vous protéger du danger. Les risques de phonophobie ou de peur des bruits forts sont plus élevés chez les enfants que chez les adultes car ils sont plus sensibles au bruit, même lorsqu’ils sont nourrissons ou dans l’utérus. Si une personne subit un traumatisme résultant d’un son fort, tout l’incident est stocké dans l’esprit d’une personne. Chaque fois qu’une personne fait face à un son fort, son esprit le relie immédiatement à l’incident conduisant à une phobie. Cela fait partie d’une réponse naturelle du corps pour se protéger.

La phonophobie peut facilement être liée à des maladies graves telles que le trouble anxieux, l’hyperacousie, la misophonie, l’insuffisance surrénalienne, etc. Il existe une autre condition appelée autisme, qui est étroitement liée à la phonophobie ou à la peur des bruits forts. Chacun a sa manière ou réagit aux sons. Même les membres d’une même famille peuvent manifester des réactions différentes aux sons. Les réactions peuvent varier des  migraines aux  troubles de stress post-traumatique, y compris la ligyrophobie. Chaque personne a une capacité unique à faire face au bruit et réagit ainsi différemment à la situation. Certaines personnes sont capables de mieux gérer les sons forts que d’autres et c’est ce qui différencie une personne d’une autre.

Signes et symptômes de la phonophobie ou peur des bruits forts

Le niveau de peur au son peut varier d’un patient de phonophobie ou de peur des bruits forts à un autre. Ainsi, différents patients présenteraient différents types de signes et de symptômes variant en nature et en intensité. Certains peuvent montrer une urgence à s’échapper de l’environnement bruyant tandis que d’autres peuvent révéler des symptômes bénins comme la transpiration, l’évanouissement, etc. Les personnes souffrant de phonophobie ou de peur des bruits forts manifestent généralement des réactions extrêmes.

L’une des réactions les plus courantes des patients souffrant de phonophobie ou de peur des bruits forts est d’éviter de tels événements, lieux ou environnements où il existe une possibilité de production de sons forts. De telles situations et environnements peuvent inclure des marchés bruyants, des feux d’artifice bruyants, des autoroutes très fréquentées, des passages à niveau, des villes bondées, etc. Ces personnes ne peuvent pas se concentrer sur leur travail au bureau et ressentent en permanence une agitation inhabituelle. Par conséquent, leur état a un impact sérieux sur leur vie professionnelle et personnelle.

La phonophobie ou la peur des bruits forts peuvent obliger les adolescents à ne pas participer à des activités sportives ou à faire du sport dans un stade bruyant. Ils peuvent facilement paniquer ou être traumatisés dans de telles situations et peuvent être vus se couvrir les oreilles pour éviter de telles situations. Cela entrave leur vie personnelle et les empêche de socialiser avec leur famille et leurs amis. Même les membres de la famille, y compris les parents, peuvent se sentir très embarrassants en raison du comportement de leur enfant.

Voici la liste de certains signes et symptômes courants de la phonophobie ou de la peur des bruits forts:

  • L’attaque de panique  est un symptôme majeur de la phonophobie ou de la peur des bruits forts.
  • Évanouissement.
  • Urgence de s’échapper.
  • Nausées ou étourdissements.
  • Changement d’humeur extrême en réaction au son fort.
  • Peur extrême des sons forts.
  • Transpiration excessive.
  • Rythme cardiaque irrégulier.

Facteurs de risque de phonophobie ou peur des bruits forts

Voici quelques-uns des facteurs qui peuvent augmenter le risque de phonophobie ou la peur des bruits forts:

  • L’âge d’une personne est un facteur de risque. Le risque de développer une phonophobie ou la peur des bruits forts est plus élevé chez les enfants de moins de 13 ans. Des symptômes de phonophobie peuvent commencer à apparaître chez les enfants de moins de 10 ans.
  • La phobie peut facilement être dissipée pour l’un des membres de la famille. Si un membre de la famille a une phobie des serpents, des araignées, etc., cela augmente le risque de développer une phobie chez les enfants. Cela arrive parce que les enfants grandissent en regardant ces membres réagir maladroitement à de telles situations et ils peuvent également adopter la même chose.
  • Votre tempérament peut être un facteur de risque de phonophobie ou de peur des bruits forts. L’apparition de phonophobie ou la peur des bruits forts peuvent également dépendre de votre tempérament ou de votre force mentale pour faire face à vos peurs. Une personne sensible est plus à risque de développer une phonophobie ou une peur des bruits forts.
  • Un événement traumatisant dans le passé peut être un facteur de risque de phonophobie ou de peur des bruits forts. La phobie peut également résulter d’un événement traumatisant qui peut avoir un effet durable sur l’esprit. Les événements passés peuvent développer une peur permanente en esprit se transformant en phobie.

Complications de la phonophobie ou peur des bruits forts

Passer par la phonophobie ou la peur des bruits forts peut être ridicule pour les spectateurs mais peut être extrêmement difficile pour la personne elle-même. Cela peut compliquer plusieurs aspects de la vie d’un individu:

  • L’isolement social est une complication de la phonophobie ou la peur des bruits forts. La tendance naturelle d’une personne à éviter sa famille et ses amis ou des lieux spécifiques peut avoir un impact sérieux sur son efficacité académique et professionnelle. Ils ont tendance à mener une vie isolée, ce qui les empêche de mener une vie sociale de qualité et d’acquérir les compétences nécessaires.
  • La dépression est une complication de la phonophobie ou la peur des bruits forts. Il est courant d’entrer dans la dépression ou de développer des troubles anxieux.
  • La solitude et l’isolement les rendent sujets à la toxicomanie.
  • Certains patients peuvent également commencer à avoir des pensées suicidaires.

Tests pour diagnostiquer la phonophobie ou la peur des bruits forts

La phonophobie ou la peur des bruits forts ne peuvent être déterminées par aucun type de tests de laboratoire. Il existe des directives de diagnostic spécifiques, y compris des entretiens cliniques pour détecter la phonophobie ou la peur des bruits forts. L’entretien consiste en des questions liées aux symptômes et aux antécédents médicaux.

La phonophobie ou la peur des bruits forts est diagnostiquée sur la base des critères diagnostiques définis par l’American Psychiatric Association dans le Statistical Manual of Mental Disorders. Le manuel fonctionne comme une norme pour aider les médecins à déterminer l’état des patients. Il est également utilisé comme standard par  les compagnies d’ assurance

Comment traite-t-on la phonophobie ou la peur des bruits forts?

La phonophobie ou la peur des bruits forts peuvent être traitées à l’aide de thérapies cliniques telles que la thérapie cognitivo-comportementale ou la TCC. La thérapie aide un patient à apprendre et à prendre conscience de sa peur du son et à faire face à ses peurs.

La thérapie d’exposition qui est une forme de TCC donne également de bons résultats dans le traitement de la phonophobie ou de la peur des bruits forts. Dans cette thérapie, une personne est intentionnellement exposée à sa peur dans des circonstances contrôlées pour l’aider à apprendre à faire face.

Le choix du traitement dépend de divers facteurs, notamment la gravité de la phonophobie ou la peur des bruits forts et la préférence des patients quant à ce qui les rend plus confortables. Des séances de conseil avec des experts peuvent aider le professionnel à comprendre l’origine de vos peurs, ce qui peut être utilisé pour vous aider à faire face à vos peurs. Certains professionnels recommandent également des techniques d’auto-assistance telles que l’hypnothérapie,  la relaxation musculaire ou passer du temps avec des groupes de soutien pour apprendre les meilleures façons de faire face à vos peurs. Self Talk est également une bonne option pour vous motiver contre les peurs.

  1. Programmation neuro-linguistique (PNL) pour traiter la phonophobie ou la peur des bruits forts

    La neuro-linguistique est liée au fait que notre esprit perçoit les choses comme réelles. En termes de PNL, une phobie résulte de certaines constructions qui ont créé mon esprit qui n’existe pas vraiment en réalité. La programmation neuro-linguistique aide à reprogrammer notre esprit pour différencier le monde réel du monde virtuel et se débarrasser de la phonophobie ou de la peur des bruits forts. C’est une technique efficace avec des résultats rapides.

  2. L’hypnothérapie pour traiter la phonophobie ou la peur des bruits forts

    L’hypnothérapie peut aider à traiter la phonophobie ou la peur des bruits forts. L’hypnothérapie est utilisée pour aller au plus profond de votre subconscient pour trouver les raisons possibles de la peur, puis essayer de faire sortir ces peurs de votre cerveau. C’est une thérapie efficace qui peut réduire considérablement les symptômes de la phonophobie ou la peur des bruits forts. Cependant, certains patients ne sont pas très à l’aise avec l’idée de permettre à quelqu’un de contrôler son esprit.

Un autre mode de traitement de la phonophobie ou de la peur des bruits forts est la psychologie énergétique

La psychologie énergétique devient de plus en plus une thérapie populaire pour traiter divers types de phobies, y compris la phonophobie ou la peur des bruits forts. C’est une thérapie efficace et sûre avec des effets durables. Il a été créé après environ 2000 ans d’études et basé sur les mêmes fondements que l’acupuncture. Cependant, aucune aiguille n’est utilisée dans cette thérapie. C’est comme une thérapie d’acupuncture mentale qui agit directement sur votre esprit.

La psychologie énergétique pour la phonophobie ou la peur des bruits forts offre plusieurs avantages aux patients sans provoquer aucun effet secondaire. Certains d’entre eux sont les suivants:

  • Vous pouvez constater un changement rapide de votre comportement.
  • Vous pouvez avoir une meilleure maîtrise de vous-même.
  • Vous pouvez répondre ou suivre efficacement d’autres thérapies.
  • Vous pouvez acquérir une meilleure approche pour affronter vos peurs.

Remèdes à la maison pour la phonophobie ou la peur des bruits forts

Le meilleur  remède à la maison pour la phonophobie ou la peur des bruits forts est de s’assurer qu’il n’y a pas de telles sources ou événements dans votre environnement immédiat qui peuvent provoquer un bruit fort et déclencher votre peur. Vous pouvez également faire part de vos peurs à vos amis et à votre famille, qui peuvent vous aider à créer un environnement heureux.

Faire face à la phonophobie ou à la peur des bruits forts

L’objectif principal des traitements professionnels est de vous aider à gérer et à traiter efficacement votre phonophobie ou votre peur des bruits forts afin que vous ne soyez pas captivé par vos peurs. Vous pouvez également développer vous-même certaines techniques pour faire face à vos peurs.

  • Ne fuyez pas la phonophobie ou la peur des bruits forts. Essayez de faire face à vos peurs au lieu de les éviter. Demandez l’aide de vos amis, de votre famille et de votre médecin.
  • Recherchez des groupes de soutien. Les groupes de soutien vous permettent de rencontrer d’autres personnes qui vivent la même phonophobie ou la même peur des bruits forts. Vous pouvez interagir avec eux et échanger des idées et des stratégies clés pour faire face aux peurs.

Période de récupération / temps de guérison pour la phonophobie ou la peur des bruits forts

La période de récupération ou le temps de guérison de votre phonophobie ou de la peur des bruits forts peuvent varier d’une personne à l’autre. Cela dépend de plusieurs facteurs tels que la gravité des peurs et le mode de traitement. Référez votre médecin pour en savoir plus sur le temps de récupération dans votre cas.

Lire La Suite  Causes de constipation saisonnière (été, hiver), traitement
  • Leave Comments