Pneumopathie d’hypersensibilité : causes, symptômes, traitement, prévention

La pneumopathie d’hypersensibilité, également appelée alvéolite allergique, est due à une inflammation alvéolaire des poumons due à une sensibilité extrême résultant de l’inhalation de poussières organiques, auxquelles les personnes sont généralement exposées dans le cadre de leur activité professionnelle ou de leurs loisirs. La pneumopathie d’hypersensibilité est due à l’inhalation d’un antigène entraînant une réponse immunitaire excessive. Au cours des étapes initiales, un individu peut ne rencontrer aucun problème, mais au fil du temps avec une exposition chronique à ces particules, l’individu peut commencer à ressentir des symptômes respiratoires lorsque les alvéoles commencent à s’enflammer et qu’il peut y avoir une accumulation de liquide dans ces sacs aériens. Bien. À mesure que l’exposition augmente, la maladie peut commencer à s’aggraver, provoquant la formation de tissus cicatriciels dans les poumons, affectant le fonctionnement normal des poumons.

Quelles sont les causes de la pneumonite d’hypersensibilité?

La pneumonite d’hypersensibilité, comme indiqué, est causée par l’inhalation de particules auxquelles le corps est allergique. Cette condition est causée par une période prolongée d’exposition à l’allergène, qui peut s’étendre sur plusieurs années. Normalement, les personnes qui travaillent dans des zones où il y a une quantité abondante de poussière pouvant contenir des champignons, des moisissures, etc.

La pneumonite d’hypersensibilité peut également se développer à partir d’humidificateurs et de climatiseurs, surtout s’ils ne sont pas entretenus et entretenus de manière appropriée. Certains déjections d’oiseaux peuvent également provoquer une pneumopathie d’hypersensibilité. Certaines des autres causes de pneumopathie d’hypersensibilité peuvent provenir de l’inhalation de poussière provenant de :

  • Canne à sucre moisie
  • Orge
  • Poils d’animaux
  • Excréments d’oiseaux
  • Grains de café

Quelle est la gravité de la pneumonite d’hypersensibilité ?

À l’heure actuelle, il n’y a pas de remède définitif pour la pneumonite d’hypersensibilité, mais heureusement, cette condition est définitivement inversée si l’exposition à l’allergène incriminé est arrêtée. L’inhalation prolongée de l’allergène peut provoquer une cicatrisation des poumons ou une fibrose pulmonaire. Une fois que cela se produit, les dommages aux poumons deviennent permanents et le traitement est axé sur le contrôle des symptômes.

Quels sont les symptômes de la pneumonite d’hypersensibilité?

Les symptômes de la pneumopathie d’hypersensibilité sont divisés en trois types, à savoir aigus, subaigus et chroniques.

  • Aiguë : Dans la forme aiguë de l’infection, les symptômes peuvent commencer à se développer dans les 6 heures suivant l’exposition à l’antigène incriminé et peuvent inclure de la fièvre, des frissons, de la toux, une pression thoracique, un essoufflement, des maux de tête. Ces symptômes mettent plusieurs jours à disparaître jusqu’à ce que l’exposition disparaisse. Dans la pneumonie aiguë d’hypersensibilité, les radiographies thoraciques montrent des opacités et une radiodensité en verre dépoli.
  • Subaiguë : Dans la forme subaiguë de pneumopathie d’hypersensibilité, les personnes présentent une toux productive, un essoufflement, une léthargie, une perte de poids. Dans la forme subaiguë, les symptômes sont moins graves que dans la forme aiguë mais ils ont tendance à durer plus longtemps.
  • Chronique : Dans la forme chronique, les patients ont une apparition spontanée de toux, un essoufflement progressif, une léthargie et une perte de poids. Dans de tels cas, il est recommandé d’éviter toute nouvelle exposition à l’antigène incriminé. Des crépitements inspiratoires sont également notés chez certains patients.

Comment diagnostique-t-on la pneumonite d’hypersensibilité?

Pour diagnostiquer la pneumopathie d’hypersensibilité, le médecin traitant procédera à une anamnèse détaillée afin de rechercher toute exposition à la poussière pouvant être liée aux symptômes. Un examen médical détaillé sera également effectué pour observer le fonctionnement des poumons. Le médecin peut rechercher tout bruit accidentel dans les poumons.

Certains autres tests pour confirmer le diagnostic de pneumopathie d’hypersensibilité sont les suivants :

  • Le sang tire
  • Examiner le lieu de travail pour rechercher la présence de moisissures et d’autres allergènes
  • Radiographie pulmonaire
  • CT scan du thorax
  • Tests de la fonction pulmonaire
  • Biopsie pulmonaire

Quels sont les traitements de la pneumonite d’hypersensibilité ?

La pierre angulaire du traitement de la pneumonite d’hypersensibilité est de l’identifier dans les premiers stades car cette maladie est complètement réversible si elle est diagnostiquée et traitée tôt. Une fois dans les stades chroniques, les symptômes doivent être contrôlés et pour cela, les stéroïdes sont essentiellement utilisés car les autres formes de médicaments ne sont pas efficaces. L’arrêt du tabac est impératif dans la pneumopathie d’hypersensibilité dans le cas où une personne affectée est un fumeur, car la fumée de cigarette aggrave l’état et peut entraîner des complications potentiellement graves comme l’emphysème ou la bronchite chronique.

Prévention de la pneumonite d’hypersensibilité

Le séchage et le stockage appropriés des produits agricoles contribuent grandement à prévenir la pneumopathie d’hypersensibilité, car le champignon incriminé se développe dans des conditions humides. Une ventilation adéquate est également impérative pour prévenir la pneumopathie d’hypersensibilité. Comme indiqué, la pneumopathie d’hypersensibilité est complètement guérissable et réversible si elle est diagnostiquée et traitée dans les premiers stades.

  • Leave Comments