Oesophage Casse-Noisette ou Péristaltisme Hypertensif : Causes, Symptômes, Traitement, Physiopathologie Revu par: Pramod Kerkar, MD, FFARCSI, DA

Contents

Qu’est-ce que l’œsophage de Casse-Noisette ou le péristaltisme hypertensif ?

L’œsophage casse-noisette, également connu sous le nom de péristaltisme hypertensif, est une affection bénigne et l’un des troubles de la motilité de l’œsophage où le patient présente des contractions des muscles lisses de l’œsophage, qui se produisent pendant une durée ou une amplitude excessive (> 180 mm Hg). Cependant, la séquence des contractions est normale. Le patient souffre de dysphagie (difficulté à avaler) aux aliments liquides et solides, ainsi qu’à des douleurs thoraciques et des brûlures d’estomac importantes. Dans certains cas, le patient peut ne présenter aucun symptôme.

L’œsophage de Casse-Noisette ou le péristaltisme hypertensif peuvent survenir chez des personnes de tout âge ; cependant, les personnes dans la soixantaine et la soixantaine sont plus souvent touchées par ce trouble. Le diagnostic d’œsophage de Casse-Noisette ou de péristaltisme hypertensif est posé par la manométrie œsophagienne (étude de la motilité œsophagienne), un test qui évalue la pression œsophagienne à différents points sur la longueur de l’œsophage.

Le nom “œsophage casse-noisette” est dérivé des pressions accrues trouvées dans l’œsophage pendant le péristaltisme où la pression dépasse 180 mmHg. Cela a été comparé à la pression exercée par un casse-noix mécanique, ce qui a conduit au nom de cette condition, Casse-Noisette Oesophage ou Péristaltisme Hypertensif.

Cette condition ne s’aggrave pas et il n’y a généralement pas de complications associées, en raison de quoi, le traitement de l’œsophage de Casse-Noisette ou du péristaltisme hypertensif consiste principalement à gérer ses symptômes uniquement.

Physiopathologie de l’œsophage de Casse-Noisette ou du péristaltisme hypertensif

Il n’y avait aucune anomalie significative dans les spécimens pathologiques d’un œsophage de casse-noisette ou d’un péristaltisme hypertensif. Alors que, dans d’autres troubles de la motilité, comme l’achalasie, on a observé une destruction du plexus myentérique. La physiopathologie de l’œsophage casse-noix peut être associée à des anomalies des médiateurs ou des neurotransmetteurs dans la partie distale de l’œsophage. On pense que le principal problème est une anomalie dans les niveaux d’oxyde nitrique, qui sont également observés dans l’achalasie. Comme l’œsophage de casse-noix est également associé au  RGO et les variations de l’oxyde nitrique et d’autres produits chimiques peuvent être en réponse au reflux.

Causes de l’œsophage de Casse-Noisette ou du péristaltisme hypertensif

Le reflux gastro-oesophagien (RGO) est l’une des principales causes de l’œsophage de Casse-Noisette ou du péristaltisme hypertensif. Cette condition peut affecter des individus de tout âge ; Cependant, les patients âgés de 60 à 70 ans courent un risque accru de développer un œsophage de casse-noisette ou un péristaltisme hypertensif.

Casse-Noisette Oesophage ou péristaltisme hypertensif est un trouble de la motilité œsophagienne, caractérisé par un péristaltisme ou un mouvement anormal de l’œsophage. Les patients qui souffrent de troubles de la motilité présentent généralement deux symptômes principaux : la dysphagie (difficulté à avaler) ou des douleurs thoraciques , qui sont décrites comme des douleurs thoraciques non cardiaques en raison de leur origine dans l’œsophage. Les patients ayant un œsophage casse-noisette ressentent généralement plus de douleurs thoraciques que de dysphagie. La casserole de poitrine expérimentée dans l’œsophage de casse-noisette est de nature intermittente et peut ne pas être associée à l’apport alimentaire. D’autres symptômes de l’œsophage de Casse-Noisette ou du péristaltisme hypertensif sont souvent de nature sporadique et peuvent survenir avec ou sans nourriture.

Dans de rares cas, les patients peuvent subir une obstruction soudaine de l’œsophage après avoir consommé de la nourriture et nécessiter un traitement médical immédiat. Cette condition est connue sous le nom d’obstruction du bol alimentaire ou «syndrome du steakhouse».

Contrairement à d’autres troubles de la motilité, l’œsophage de Casse-Noisette ou le péristaltisme hypertensif ne progresse pas, ne s’aggrave pas et n’entraîne aucune complication. Il existe de nombreux patients qui ont un œsophage casse-noisette, mais qui sont asymptomatiques. Les études de manométrie œsophagienne réalisées sur des patients asymptomatiques révèlent les mêmes résultats de motilité que ceux d’un œsophage casse-noisette. L’œsophage de Casse-Noisette ou le péristaltisme hypertensif peuvent également être liés au syndrome métabolique.

Diagnostic de l’œsophage de Casse-Noisette ou du péristaltisme hypertensif

Des études vidéo haute résolution sur l’œsophage et la motilité œsophagienne sont effectuées pour confirmer le diagnostic d’œsophage de Casse-Noisette ou de péristaltisme hypertensif. Les études de motilité œsophagienne comprennent des mesures prises des pressions dans l’œsophage après que le patient a pris une déglutition sèche (contenant un solide) et humide (contenant un liquide). Les mesures sont prises à différents points de l’œsophage. Cette étude montre les traits caractéristiques de Casse-Noisette Oesophage ou Péristaltisme Hypertensif. Il existe différentes caractéristiques de l’œsophage de Casse-Noisette ou du péristaltisme hypertensif, la plus courante étant une amplitude péristaltique moyenne dans l’œsophage distal supérieure à 180 mm Hg. L’autre caractéristique est la présence de contractions répétées dont la durée dépasse 6 secondes.

Lire La Suite  15 avantages du karaté pour le TDAH chez les enfants

Chez les patients souffrant de dysphagie, des tests sont initialement effectués pour exclure une cause anatomique de la dysphagie, c’est-à-dire s’il existe une distorsion de l’œsophage. Un endoscope est utilisé pour visualiser l’œsophage. Des radiographies barytées de l’œsophage peuvent également être effectuées. Les résultats d’une endoscopie sont généralement normaux chez les patients qui ont un œsophage casse-noix ; cependant, d’autres anomalies liées au reflux gastro-œsophagien ainsi qu’à l’œsophage casse-noix peuvent être visualisées. Les radiographies barytées chez les patients atteints d’œsophage casse-noisette sont également généralement normales. Cependant, un diagnostic définitif peut être trouvé si le contraste est donné. L’échographie endoscopique révèle une légère tendance à l’épaississement de la musculeuse propria de l’œsophage chez les patients qui ont un œsophage casse-noix. Cependant, cela peut ne pas être utile pour établir le diagnostic.

Traitement de l’œsophage de Casse-Noisette ou du péristaltisme hypertensif

L’œsophage ou le péristaltisme hypertensif de Casse-Noisette est une affection non progressive et bénigne, ce qui signifie que le patient ne présentera pas d’aggravation des symptômes ni ne souffrira de complications importantes dues à cette affection. L’assurance est donnée au patient que cette maladie n’est pas susceptible de progresser. Cependant, les symptômes, tels que les douleurs thoraciques et la dysphagie, peuvent être graves chez certains patients et ils peuvent nécessiter un traitement qui consiste généralement en des médicaments et, dans de rares cas, une intervention chirurgicale.

Traitement conservateur de l’œsophage casse-noisette ou du péristaltisme hypertensif

La première étape du traitement de l’œsophage de Casse-Noisette ou du péristaltisme hypertensif et de ses symptômes est axée sur la réduction des facteurs de risque. Perdre du poids en excès aide à réduire les symptômes. Les boissons extrêmement chaudes et froides peuvent également déclencher des spasmes œsophagiens et doivent être évitées.

Médicaments pour traiter l’œsophage de Casse-Noisette ou le péristaltisme hypertensif

  • Les médicaments pour le traitement de l’œsophage de Casse-Noisette ou du péristaltisme hypertensif comprennent des bloqueurs des canaux calciques, qui aident à détendre le sphincter inférieur de l’œsophage et à soulager les symptômes de la dysphagie. Les inhibiteurs calciques, tels que le diltiazem, se sont avérés utiles.
  • Le sildénafil, qui est un inhibiteur de la phosphodiestérase, peut également être utilisé pour réduire les symptômes, en particulier la douleur.
  • Les médicaments à base de nitrate, tels que le dinitrate d’isosorbide lorsqu’ils sont pris avant les repas, aident également à détendre le sphincter inférieur de l’œsophage et à atténuer les symptômes de l’œsophage casse-noisette.
  • La combinaison générique de phénobarbital et de belladone aide à prévenir les symptômes de l’œsophage de casse-noisette et est particulièrement utile chez les patients qui n’ont que des épisodes occasionnels de cette maladie.
  • La trazadone, qui est un antidépresseur, peut également aider à diminuer la sensibilité viscérale et a également montré qu’elle atténuait les symptômes de douleur thoracique dans l’œsophage de casse-noisette.
  • Le rôle des médicaments qui sont utilisés pour supprimer l’acide pour réduire le reflux oesophagien n’est pas certain.
  • La thérapie endoscopique avec la toxine botulique (Botox) peut être utilisée pour soulager les symptômes de la dysphagie, mais il n’y a qu’un effet limité observé sur d’autres symptômes, tels que la douleur. Il s’agit d’un traitement temporaire qui ne dure que quelques semaines.
  • Une technique endoscopique connue sous le nom de dilatation pneumatique de l’œsophage peut également être utilisée dans laquelle un ballon à haute pression est utilisé pour étirer les muscles du sphincter inférieur de l’œsophage. Cette procédure peut aider à améliorer les symptômes, mais il n’y a pas d’amélioration clinique observée dans la motilité œsophagienne.

Chirurgie pour traiter l’œsophage de Casse-Noisette ou le péristaltisme hypertensif

La chirurgie est pratiquée chez les patients qui ne bénéficient pas d’un traitement médical ou endoscopique. La chirurgie de l’œsophage de Casse-Noisette ou du péristaltisme hypertensif comprend une myotomie de Heller où une incision est pratiquée dans les muscles du sphincter inférieur de l’œsophage et dans le plexus myentérique, qui l’innerve. Cela permettra aux liquides et aux aliments de passer dans l’estomac. La myotomie de Heller est pratiquée en dernier recours dans de rares cas où les patients ne bénéficient pas ou ne répondent pas aux autres modalités de traitement de l’œsophage casse-noisette ou du péristaltisme hypertensif.

  • Leave Comments