Délirium Tremens (DT) Sevrage sévère de l’alcool

Qu’est-ce que le delirium tremens?

Le delirium tremens est une condition de perturbations majeures du système nerveux associées à un sevrage alcoolique sévère. Dans la plupart des cas, il survient environ 72 heures après l’arrêt de la consommation d’alcool, mais peut survenir même une semaine après. Le delirium tremens est souvent associé à l’image typique d’une personne agitée, confuse, hallucinante, transpirant et vomissant abondamment et éprouvant des tremblements. La présentation peut varier de symptômes plus légers à une manifestation plus extrême. Cela peut entraîner des complications, dont certaines peuvent mettre la vie en danger sans une prise en charge appropriée.

Quelle est la fréquence du delirium tremens?

Le delirium tremens (DT) n’est pas un phénomène courant dans le sevrage alcoolique. En fait, moins de 50% des patients qui arrêtent de consommer de l’alcool présentent des symptômes de sevrage. Seulement 5% ont des DT. La manifestation la plus grave des symptômes de sevrage alcoolique est le delirium tremens et est plus susceptible d’être observée dans l’alcoolisme chronique s’étendant sur une période d’environ 10 ans. Cependant, une consommation quotidienne excessive, même pendant quelques mois, peut provoquer des DT avec le sevrage alcoolique.

 

Pourquoi les DT se produisent-ils?

Le delirium tremens (DT) est une conséquence de l’alcoolisme chronique. Avec une consommation prolongée et excessive d’alcool, la sécrétion et le fonctionnement de différents neurotransmetteurs dans le cerveau sont affectés. Les neurotransmetteurs, communément appelés hormones cérébrales, sont des messagers chimiques qui sont libérés par une cellule nerveuse (neurone) pour stimuler ou inhiber une autre cellule nerveuse. Ces neurotransmetteurs sont en jeu toute la journée et la nuit. Cependant, sa sécrétion et sa durée d’action doivent être contrôlées pour éviter une hyperactivité ou une sous-activité du système nerveux. L’interaction complexe entre les impulsions électriques le long des nerfs, les neurotransmetteurs aux terminaisons nerveuses et les récepteurs des autres nerfs sur lesquels elle agit fait partie intégrante de la complexité du système nerveux humain.

Récepteurs GABA

Avec l’alcoolisme chronique, les quantités et les fonctions naturelles des neurotransmetteurs sont perturbées. L’une de ces perturbations concerne le neurotransmetteur GABA (acide gamma-aminobutyrique). C’est un neurotransmetteur inhibiteur, ce qui signifie qu’il diminue l’activité des nerfs auxquels il se lie. Le sevrage affecte les récepteurs auxquels le GABA se fixe pour fonctionner, appelés récepteurs GABA. Par conséquent, le neurotransmetteur GABA, bien que présent en quantités normales, ne peut pas fonctionner comme il se doit. De plus, les récepteurs NDMA qui sont normalement bloqués par l’alcool redeviennent actifs. Ces récepteurs nerveux, lorsqu’ils sont activés, provoquent une excitation des nerfs. Grâce à ces mécanismes, entre autres, l’activité nerveuse n’est pas contrôlée et il y a une hyperactivité du système nerveux.

Signes et symptômes

Le delirium tremens est la manifestation la plus grave du sevrage alcoolique qui survient entre 72 heures et 10 jours après le dernier verre. Avant l’apparition du delirium tremens, une personne peut éprouver d’autres symptômes qui peuvent être classés comme:

  • retrait mineur dans les 6 à 24 heures suivant le sevrage alcoolique.
  • sevrage majeur dans les 10 à 72 heures suivant le dernier verre.
  • crises de sevrage entre 6 et 26 heures après le dernier verre.

Les symptômes de chacune de ces phases diffèrent dans une certaine mesure et le delirium tremens est la présentation la plus grave. Cependant, il n’est pas rare que les gens se réfèrent généralement à tous les symptômes de sevrage de l’alcool dans les différentes catégories comme le delirium tremens.

  • Tremblements
  • Agitation, excitation et agitation
  • Confusion et désorientation
  • Peur et anxiété
  • Somnolence extrême avec sommeil profond pendant de longues périodes, mais parfois insomnie
  • Sensibilité des sens à la lumière, aux sons et au toucher
  • Difficulté à se concentrer et changements d’humeur soudains
  • Fatigue sévère
  • Crises (saisies de retrait techniquement)
  • Hallucinations
  • Diminution de l’appétit
  • Pâleur
  • Nausée et vomissements
  • Transpiration excessive
  • Des palpitations
  • Fièvre chez certains patients.

Il est important de noter que les symptômes des DT peuvent être observés avec d’autres affections neurologiques aiguës. Le plus probable est la méningite et les lésions cérébrales traumatiques.

Causes du delirium tremens

Le delirium tremens est le résultat d’une hyperactivité du système nerveux à la suite d’un sevrage alcoolique. Les raisons pour lesquelles les DT se produisent ont été expliquées ci-dessus, mais elles ne se produisent pas chez toutes les personnes qui arrêtent de consommer de l’alcool. Les personnes qui boivent depuis plus de 10 ans courent un plus grand risque de développer des DT lors de l’arrêt de l’alcool. Cela peut survenir après quelques mois de consommation d’alcool comme on le voit chez les personnes qui arrêtent de boire après avoir consommé 4 à 5 pintes de vin (environ 2 à 2,5 litres ou environ trois bouteilles de 20 onces liquides), 7 à 8 pintes de bière ou juste 1 pinte de spiritueux par jour.

Facteurs de risque

Les alcooliques les plus susceptibles de souffrir de delirium tremens, mis à part la durée et la quantité de consommation d’alcool, sont ceux qui présentent un ou plusieurs des facteurs de risque suivants.

  • Sans une bonne alimentation (malnutrition).
  • Faites des crises de sevrage alcoolique.
  • Antécédents de DT lors de précédentes tentatives d’arrêt du sevrage.
  • Blessure à la tête traumatique.
  • D’autres maladies comme une infection concomitante pendant la période de désintoxication.
  • Envie d’alcool intense.

Certains de ces facteurs de risque, comme les crises de sevrage et une envie intense d’alcool, devraient servir de signaux d’avertissement qu’une personne est probablement plus susceptible de souffrir de delirium tremens. Des mesures appropriées devraient donc être prises en recherchant des conseils et un traitement auprès d’un professionnel de la santé ou en faisant admettre la personne dans un établissement médical.

Tests et diagnostic

Les symptômes de DT chez un patient ayant des antécédents connus d’alcoolisme devraient justifier une enquête plus approfondie. Les symptômes peuvent parfois ne pas être dus au sevrage alcoolique, mais plutôt à des conditions telles que la méningite ou un traumatisme crânien, qui, si elles ne sont pas traitées, peuvent être mortelles. Des tests supplémentaires sont non seulement nécessaires pour exclure d’autres causes des symptômes, mais aussi pour diagnostiquer les conditions sous-jacentes qui peuvent ou non être associées à l’alcoolisme chronique ou au sevrage alcoolique. Cela comprend la malnutrition, la pancréatite, l’acidocétose diabétique et la surdose de drogues illicites ou de médicaments sur ordonnance.

Demandez à un médecin en ligne maintenant!

Il existe divers tests de laboratoire et études d’imagerie qui devraient être envisagés chez un patient atteint de delirium tremens ou chez un patient admis à l’hôpital avec des antécédents d’alcoolisme pour une raison quelconque.

  • Analyses sanguines:
    – Urée et électrolytes
    – Tests de la fonction hépatique
    – Enzymes pancréatiques
    – Glycémie
    – Concentration d’alcool
    – Dépistage de drogues
  • Scans:
    – Radiographies thoraciques pour évaluer toute blessure ou infection comme la pneumonie.
    – Scanner de la tête pour détecter tout signe de traumatisme crânien ou d’autres anomalies du cerveau.
  • Ponction lombaire pour exclure la méningite qui peut présenter des symptômes similaires à ceux des DT.

Traitement du Delirium Tremens

Le traitement vise à stabiliser un patient, en veillant à ce que les complications ne surviennent pas ou soient au moins minimisées et en atténuant les symptômes du delirium tremens. Des mesures de soutien en milieu hospitalier sont importantes pour garantir un traitement médical rapide en cas de complications.

  • Les patients doivent être placés dans une pièce bien éclairée avec une atmosphère apaisante.
  • Le patient a besoin d’être rassuré et le soutien des membres de sa famille est utile.
  • Les liquides intraveineux (IV) doivent être administrés avec une solution de dextrose à 5% pour prévenir l’hypoglycémie.
  • Des suppléments de thiamine et de magnésium doivent être administrés pour corriger les carences.
  • Une surveillance constante de l’obstruction des voies respiratoires est nécessaire, ce qui peut être évité en plaçant le patient couché sur le côté gauche (position de décubitus latéral gauche) ou en intubant le patient inconscient.
  • D’autres signes vitaux doivent être surveillés en permanence.

Médicament

  • Anticonvulsivants pour les crises – phénobarbitol.
  • Benzodiazépines pour l’anxiété, la sédation et d’autres symptômes de sevrage – diazépam ou lorazépam.
  • Antipsychotiques pour les hallucinations, mais il peut contribuer aux crises – halopéridol.

Une sédation pendant une semaine ou plus peut être recommandée jusqu’à ce que le sevrage soit complet. L’alcool, même en petites quantités, ne doit pas être utilisé pour traiter ou prévenir le delirium tremens.

Références :

www.nejm.org/doi/full/10.1056/nejmra1407298

http://emedicine.medscape.com/article/166032-overview

Lire La Suite  Jambe cassée ou fracture de la jambe: causes, symptômes, classification, traitement, prévention
  • Leave Comments