Maladie de pseudogoutte et de dépôt de pyrophosphate de calcium

Qu’est-ce que la pseudogoutte?

La pseudogoutte est une affection articulaire dans laquelle des cristaux de pyrophosphate de calcium dihydraté se déposent dans et autour des articulations. Elle est connue sous le nom de pseudogoutte car elle est similaire à l’arthrite induite par les cristaux plus courante connue sous le nom de goutte, où les cristaux d’urate s’accumulent dans les articulations. Comparativement, la pseudogoutte n’est pas aussi courante que la goutte. Contrairement à la goutte, presque toutes les articulations peuvent être touchées par la pseudogoutte, c’est l’articulation du gros orteil qui est le plus souvent atteinte. La condition qui conduit à la pseudogoutte est connue sous le nom de maladie de dépôt de pyrophosphate de calcium (CPDD).

Quelle est la fréquence de la pseudogouture?

La maladie globale du dépôt de pyrophosphate de calcium est assez courante chez les personnes âgées. Elle est plus susceptible de survenir dans les années 50 et on estime que la moitié des personnes âgées de 85 ans sont atteintes de la maladie. Cependant, la plupart des patients étant asymptomatiques, la pseudogoutte n’est pas une présentation courante. La maladie des dépôts de pyrophosphate de calcium (CPDD) est souvent détectée par des examens radiographiques ou peut rester non détectée.

 

Formation de cristaux de pyrophosphate de calcium

Forme cristalline de pyrophosphate de calcium à partir de la liaison du phosphate inorganique avec le calcium. Le phosphate inorganique provient de la dégradation de l’ATP (adénosine triphosphate), le composé qui transporte l’énergie sous forme chimique dans tout le corps. On pense que pour une raison quelconque, les enzymes qui décomposent normalement l’ATP deviennent hyperactives dans la zone des articulations. La nucléoside triphosphate pyrophosphohydrolase est l’une de ces enzymes et s’est avérée hyperactive dans le cartilage des patients atteints de pseudogoutte. Le phosphate inorganique peut alors se lier au calcium pour former des cristaux de pyrophosphate de calcium qui se déposent dans le cartilage et la muqueuse de l’articulation connue sous le nom de synovie.

À propos de la vidéo Pseudogout

 

Lire La Suite  Le miel peut-il aller mal

Signes et symptômes

La maladie de dépôt de pyrophosphate de calcium ne conduit pas toujours à une pseudogoutte. En fait, psuedogout n’est qu’une présentation aiguë. La plupart des cas sont asymptomatiques. La maladie de dépôt de pyrophosphate de caclium (CPDD) peut se présenter de cinq manières et il est donc important de discuter des symptômes dans chaque présentation, et pas seulement dans la pseudogoutte.

Asymptomatique

La maladie asymptomatique (lanthanique) de dépôt de pyrophosphate de calcium ne présente aucun symptôme. En fait, le DPCP n’est détecté à ce stade que lorsque l’on constate que le cartilage des articulations touchées se calcifie (chondrocalcinose) comme on le voit sur une radiographie.

Pseudogoutte aiguë

Les symptômes articulaires impliquent une ou plusieurs articulations simultanément. Le genou ou le poignet sont le plus souvent touchés. Ces symptômes articulaires comprennent:

  • Douleur dans les articulations (arthralgie)
  • Gonflement des articulations
  • Chaleur de l’articulation

Les symptômes peuvent disparaître et une personne peut être asymptomatique jusqu’à ce qu’une autre crise se reproduise. Dans une présentation rare connue sous le nom de syndrome pseudoseptique, il peut y avoir une fièvre et une augmentation du nombre de globules blancs (leucocytose).

Pseudo-arthrose

Les articulations touchées dans cette présentation de la maladie de dépôt de pyrophosphate de calcium comprennent les genoux, les poignets, les coudes, les épaules, la colonne vertébrale, les articulations entre les os du premier et du deuxième doigt (articulations interphalangiennes proximales) et les articulations entre les os de la main et les os des doigts (articulations métacarpophalangiennes ). Les modifications du cartilage sont similaires à l’arthrose.

Polyarthrite pseudorhumatoïde

Les articulations métacarpo-phalangiennes (MCP) et les articulations interphalangiennes proximales (PIP) sont affectées des deux côtés en même temps, comme la polyarthrite rhumatoïde. Les articulations peuvent être enflées et il peut également y avoir une raideur matinale.

Articulations pseudoneuropathiques

Il s’agit d’une présentation rare de la maladie de dépôt de pyrophosphate de calcium (DPC) et elle affecte le plus souvent le genou. La destruction articulaire est sévère et la sensation du membre affecté est diminuée. Cependant, il n’y a pas de maladie nerveuse dans l’arthropathie pseudoneuropathique.

Causes et facteurs de risque

La pseudogoutte est le résultat d’un dépôt de cristaux de pyrophosphate de calcium dans les articulations. On pense que des facteurs génétiques contribuent à la suractivité des enzymes qui décomposent l’ATP et permettent aux phosphates inorganiques ainsi cédés de se lier au calcium pour former une maladie du pyrophosphate de calcium. Certaines preuves suggèrent que des mutations des gènes ANKH et COL peuvent être responsables. Étant donné que la maladie est principalement observée chez les personnes de plus de 50 ans et chez les personnes âgées, on pense qu’une interaction entre l’âge et la génétique joue un rôle dans le développement de la maladie de dépôt de pyrophosphate cristallin (DPC) et donc de pseudogoutte.

Bien que l’âge avancé soit le facteur de risque le plus important pour le développement du DPC et de la pseudogoutte, d’autres facteurs de risque ont été identifiés, notamment:

  • Acromégalie (déformations dues à une hormone de croissance excessive).
  • Traumatisme de l’articulation à la suite d’une blessure grave ou d’une chirurgie articulaire invasive.
  • Hypercalcémie (taux de calcium sanguin élevés).
  • Hémochromatose (surcharge en fer).
  • Hypomagnésémie (faible taux de magnésium dans le sang).
  • Hypothyroïdie (glande thyroïde sous-active).
  • Hyperparathyroïdie (glande parathyroïde hyperactive).
  • Maladie de Wilson (toxicité congénitale du cuivre).

La présence de ces facteurs de risque et des conditions contributives peut provoquer une pseudogoutte chez les personnes plus jeunes, bien qu’elle soit rare de moins de 50 ans.

Tests et diagnostic

Il existe d’autres formes plus courantes de maladies articulaires qui se présentent d’une manière similaire à la maladie de dépôt de pyrophosphate de calcium. Cela comprend l’arthrose, la polyarthrite rhumatoïde et la goutte. Des critères spécifiques ont maintenant été définis pour le diagnostic de la maladie des dépôts de pyrophosphate de calcium. Les investigations utilisées pour diagnostiquer le DPCP et la pseudogoutte comprennent:

  • Les rayons X sont les principales études d’imagerie utilisées dans le diagnostic du DPC. L’imagerie par résonance magnétique (IRM) et les échographies peuvent également être utiles.
  • Arthrocentèse où le liquide est extrait de l’articulation puis envoyé pour des tests de laboratoire supplémentaires pour identifier sa composition
  • Divers tests sanguins peuvent être effectués pour diagnostiquer et surveiller les causes sous-jacentes et les facteurs de risque. Cependant, les tests sanguins ne sont pas utiles pour diagnostiquer spécifiquement le DPC.

Traitement de pseudogoutte

Demandez à un médecin en ligne maintenant!

La pseudogoutte peut être traitée et gérée efficacement avec des médicaments. Contrairement à la goutte, les changements alimentaires ne jouent aucun rôle spécifique dans la gestion de la pseudogoutte.

Médicament

  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) tels que le naproxène, le diclofénac et l’indométacine aident à réduire l’inflammation et à soulager les symptômes.
  • Injections de stéroïdes dans l’articulation (méthylprednisolone) ou corticostéroïdes oraux (prednisone) pour réduire la douleur et l’inflammation dans les cas graves.
  • La colchicine est un autre anti-inflammatoire couramment utilisé dans la goutte et peut être utile dans le traitement de la pseudogoutte.

Chirurgie

Il n’y a pas de procédure chirurgicale spécifique pour la pseudogoutte. L’arthrocentèse thérapeutique est une procédure où le liquide est retiré de l’articulation afin de soulager la douleur et l’enflure dans les cas très aigus de pseudogoutte.

Références :

http://www.mayoclinic.com/health/pseudogout/DS00717

http://emedicine.medscape.com/article/330936-overview

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmedhealth/PMH0001458/

  • Leave Comments