La chirurgie de la tumeur hypophysaire est-elle dangereuse ?

Qu’est-ce qu’une tumeur hypophysaire et quelle est la chirurgie pour l’enlever ?

La tumeur pituitaire est une croissance anormale qui est vue dans la glande pituitaire. Dans la majorité des cas, ces tumeurs sont bénignes. Il existe certaines tumeurs hypophysaires qui font que la glande pituitaire sécrète des niveaux anormalement élevés d’hormones, ce qui peut entraîner un déséquilibre hormonal alors qu’il existe certaines tumeurs, qui font que la glande sécrète des niveaux inférieurs d’hormones.

Il existe différentes façons de traiter cette affection, l’ablation chirurgicale étant la voie la plus privilégiée pour traiter les tumeurs hypophysaires. Dans certains cas, le médecin peut recommander l’observation de la tumeur hypophysaire avec une imagerie en série tous les six mois environ pour voir si la tumeur augmente de taille ou non.

La plupart des patients atteints d’une tumeur hypophysaire souhaitent une ablation chirurgicale avec des médicaments pour gérer les niveaux d’hormones. La chirurgie pratiquée pour l’ablation de la tumeur hypophysaire est appelée chirurgie transsphénoïdale. La chirurgie se fait à travers le sinus sphénoïde, qui recouvre la partie arrière de la glande pituitaire.

Le chirurgien fait une petite entaille le long de la cloison nasale. La paroi du sinus sphénoïdal est ouverte et le chirurgien atteint l’hypophyse. Le chirurgien identifie ensuite l’emplacement de la tumeur et l’enlève à l’aide d’instruments spécialisés et d’un microscope utilisé pour l’identification de la tumeur.

Avant de se lancer dans une intervention chirurgicale pour l’ablation de la tumeur hypophysaire, la seule question que les patients se posent habituellement est de savoir si la chirurgie est dangereuse.

La chirurgie de la tumeur hypophysaire est-elle dangereuse ?

Une chirurgie de la tumeur hypophysaire est une opération complexe et, par conséquent, il y a une certaine augmentation du risque qui lui est associé. Les chirurgiens veillent à ne pas blesser les structures ou les nerfs environnants au moment de la chirurgie et à prévenir toute complication postopératoire.

Certaines des complications d’une chirurgie de tumeur hypophysaire comprennent des saignements excessifs, une infection, des complications anesthésiques, des lésions des structures neurovasculaires, bien que ces complications soient rares.

Lire La Suite  Qu'est-ce qu'un lit d'ongle, causes, traitements du lit d'ongle endommagé

La plupart des individus après l’ablation d’une tumeur hypophysaire auront un mal de tête sinusal pendant une période d’environ deux semaines, après quoi le mal de tête disparaîtra automatiquement.

En cas de lésions des artères, du tissu cérébral, des nerfs proches de l’hypophyse pendant la chirurgie de la tumeur hypophysaire, des complications telles que des lésions cérébrales permanentes, la cécité ou un accident vasculaire cérébral peuvent entraîner des complications, mais même ces complications sont rares.

Si, au cours de la chirurgie, les méninges sont endommagées, cela peut entraîner une fuite de LCR. Le diabète insipide est quelque chose qui survient normalement après une chirurgie d’ablation d’une tumeur hypophysaire, mais cette condition se résout d’elle-même après quelques semaines après la chirurgie.

Il faut généralement environ deux à trois semaines au patient pour effectuer certaines des activités de la vie quotidienne et il peut s’écouler jusqu’à trois à quatre mois avant qu’un individu puisse reprendre toutes ses activités domestiques et professionnelles normales après une chirurgie d’ablation de la tumeur hypophysaire.

En conclusion, une chirurgie de tumeur hypophysaire est une chirurgie complexe où le chirurgien doit s’assurer qu’aucun dommage n’est fait aux structures voisines pour prévenir les complications, mais elle n’est en aucun cas considérée comme une opération dangereuse.

Il n’y a eu aucun cas où la mortalité d’un patient a été affectée en raison de cette chirurgie et extrêmement peu de cas de complications après une chirurgie de la tumeur hypophysaire.

  • Leave Comments