Que sont les larmes de vin, sont-elles importantes ?

Les larmes de vin sont ces petites gouttes qui restent attachées à la paroi du verre, une fois qu’on le secoue pour en capturer toute son essence.

Et oui, ils sont importants car ils nous fournissent des informations complémentaires très intéressantes sur les caractéristiques organoleptiques du bouillon que nous nous apprêtons à consommer. Certains experts disent même qu’ils reflètent l’âme du vin.

L’observation des larmes dans le vin fait partie du processus habituel de dégustation et de dégustation . Sa forme et sa densité définissent votre corps et déterminent, entre autres, son titre alcoométrique.

Comment se forment-ils ?

Ils sont le résultat de l’évaporation différenciée de l’eau et de l’alcool contenus dans le vin. L’alcool s’évapore d’abord et, comme il est moins dense que l’eau, cela conduit à la formation de larmes de vin.

Ce phénomène est connu sous le nom d’« effet Marangoni », en hommage au physicien italien Carlo Marangoni, qui en 1865 a consacré sa thèse de doctorat à l’Université de Pavie à cette question.

Que nous disent-ils ?

Lorsque vous les observerez, vous verrez que certains vins ont plus de larmes que d’autres , mais qu’est-ce que cela signifie vraiment ?

La première chose à noter est que les larmes ne sont pas liées à la qualité du vin . Ils réagissent plutôt aux effets causés par leur teneur en alcool, qui est déterminée par deux types d’alcool : l’éthanol et le glycérol.

Lorsque le degré alcoolique est élevé, le trajet du liquide dans le verre laissera des larmes denses. Ce sont des vins dits corsés qui sont onctueux, c’est-à-dire plus gras et plus denses en bouche.

Au contraire, lorsque la déchirure est légère et se déplace rapidement et facilement, on aura affaire à un vin peu corsé et peu alcoolisé.

Facteurs influençant les larmes de vin

Vous devez également garder à l’esprit qu’il existe plusieurs éléments qui, dans une plus ou moins grande mesure, affectent la forme et l’écoulement des larmes dans le vin.

Température

La température, par exemple. Plus il est élevé, plus les larmes seront dominantes, car elles favoriseront l’évaporation de l’alcool.

Sucre

La teneur naturelle en sucre du vin joue également un rôle important, car elle lui donne plus de densité . Par conséquent, il formera des larmes plus lourdes et plus lentes qu’un vin moins doux.

Un vin plus doux est le résultat de vignes ayant pris plus de soleil, il est donc logique qu’un bouillon d’une région ensoleillée ait des larmes plus importantes que celles de l’intérieur.

tasse

On peut également citer le verre à vin comme facteur important dans l’apparition et la forme des larmes. Un verre rugueux ou contenant de la poussière microscopique retiendra mieux les larmes qu’un verre parfaitement lisse.

Le fait que le verre puisse avoir une température plus élevée que le vin aura également une influence.

Conclusion

Désormais, vous ne vous demanderez plus ce que le sommelier voulait dire en évoquant un vin “avec une bonne larme”.

N’oubliez pas que si votre déchirure est perceptible, c’est un vin puissant, avec du corps et une forte teneur en alcool. Ce qui ne veut pas dire, bien sûr, que ceux qui ont des larmes moins définies sont de qualité inférieure. La déchirure n’est pas synonyme de qualité.

  • Leave Comments